OM : Indépendant !

Cet OM a montré des vertus qui laissent penser qu'il pourra passer outre les absences momentanées de ses joueurs majeurs.

Publié le 02/10/2022 à 01:00

Ces dernières saisons, l'OM, lorsqu'il a performé, s'en remettait aux individualités majeures en leur donnant toutes les clés. Ainsi, le jeu de ces équipes tournait principalement autour des qualités du ou des leaders naturels. De ce fait, une absence, une suspension d'un de ces cadres entraînait à chaque fois une baisse des résultats sportifs.

Payet, Thauvin, Gignac...

La saison dernière, par exemple, l'OM était dépendant de deux joueurs. Dimitri Payet, rayonnant, portait l'attaque de l'OM à tel point que tout passait par lui et qu'une baisse de régime du capitaine aurait à coup sûr éloigné l'OM d'un podium pourtant mérité. Quant au jeu de Jorge Sampaoli, il dépendait majoritairement de Mattéo Guendouzi, si bien que l'ancien Gunner a joué les 56 matchs de la saison, en étant titularisé 52 fois. Indispensable aux yeux de son entraîneur, l'international français a porté sur ses épaules la philosophie de jeu de l'ensemble de l'équipe. Mais en remontant plus loin, l'OM de Villas-Boas 2019-2020 dépendait totalement de Payet, comme celui des débuts de Garcia des buts de Florian Thauvin. Celui de Baup, puis de Bielsa, était porté par un André-Pierre Gignac chirurgical.

Sans Sanchez, Bailly, Rongier et Tavares à Angers

S'il est encore trop tôt pour l'affirmer. Les 23 points récoltés sur 27 possibles livrent un constat différent. En défense, le nombre de joueurs permet par exemple l'absence d'un Eric Bailly sans presque qu'on la remarque (Mbemba, Balerdi, Gigot, Kolasinac). Au milieu de terrain, Valentin Rongier est très important, mais la paire Veretout-Guendouzi peut largement tenir le choc, sans oublier Pape Gueye, décisif contre Clermont. Matteo Guendouzi, cette fois-ci, n'est pas indispensable pour l'instant aux yeux d'Igor Tudor, qui s'en est passé contre Francfort par exemple. En attaque, à part Alexis Sanchez, personne n'a joué ne serait-ce que la moitié des minutes de jeu disputées par l'OM depuis le début de saison. Et justement, le Chilien n'était pas sur la pelouse hier, mais l'OM l'a quand même largement emporté. Le nombre de joueurs offensifs qui postulent pour une place dans le trio de devant fait que toute absence peut être compensée par des joueurs largement compétitifs.

Déclaration d'indépendance

Mais l'exemple le plus frappant, c'est celui donné par Jonathan Clauss hier. Alors qu'en début de saison, l'hypothèse d'une dépendance aux bonnes prestations de Nuno Tavares pointait le bout de son nez, on peut désormais se dire que l'OM peut s'en passer (pas trop longtemps quand même). En ne jouant pas à son poste, Clauss a livré un match remarquable et mémorable, alors que Nuno Tavares était suspendu. Ainsi, l'international français a montré les profondes ressources de ce groupe pour pallier aux différentes absences qui interviendront cette saison. Il en va de même pour Luis Suarez, qui a levé quelques doutes hier, se montrant important sur le premier but, puis buteur lui-même. Et si jamais ça ne va pas pour le Colombien, il reste un petit Bamba Dieng dans la manche bien fournie d'un Igor Tudor plutôt bien inspiré ces derniers temps. De bon augure !