OM : Gerson, la bonne forme au bon moment

Focus sur la grande forme de Gerson, artisan majeur des dernières performances olympiennes.

Publié le 22/03/2022 à 01:00

Décrié durant de longues semaines, Gerson a pris le temps de s'adapter à l'environnement marseillais afin de montrer, enfin dirons certains, ce qu'il peut apporter à l'OM. Rassurant alors que les Olympiens sont lancés dans la course à la qualification en C1.

Star du mercato estival de l'OM, il bascule vite dans la rubrique des déceptions

A son arrivée pour un montant estimé à environ 20 millions d'euros selon les sources, Gerson avait tout de la recrue phare de l'été olympien. Considéré comme l'un des meilleurs joueurs de son championnat, international brésilien, il symbolisait l'ambition nouvelle du duo Longoria-Sampaoli, avide d'un mélange de jeunes pousses et de joueurs déjà plus confirmés. Présenté comme un métronome du milieu de terrain doté d'une grosse frappe, on attendait forcément tout et tout de suite du garçon. Devant ses premières performances frustrantes, il y avait de quoi être embêté : si on sentait bien qu'il avait quelque chose, Gerson ne le montrait pas. Juste physiquement, lent dans les transmissions, ses premiers mois donnent l'image d'un joueur nonchalant qui avait tout du flop.

Gerson montre ce dont il est capable au moment idéal

Malgré sa toute petite forme, Jorge Sampaoli ne le mettra que très rarement sur le banc, croyant visiblement à la réussite d'un joueur qu'il a longtemps observé au Brésil. Le problème, c'est que l'Argentin ne lui trouvait pas vraiment de poste fixe. Parfois milieu relayeur, parfois meneur de jeu, parfois même faux neuf, on ne comprenait pas toujours en quoi le Brésilien méritait de jouer autant. A Nantes cet hiver, il a finalement montré qu'il était capable de marquer. C'est à peu près là que se situe son "réveil". Depuis, Gerson est monté en puissance et plus précisément au moment où son coach décide de le placer à gauche dans un 4-2-3-1 rappelant parfois celui de Deschamps avec les Bleus, dans un rôle à la Matuidi. Contre Nice dimanche, il a même carrément eu la responsabilité de tout le côté gauche, délivrant une passe décisive sublime à Bakambu en fin de partie. Il jouait alors un cran plus haut. De quoi se dire qu'avec le retour de Milik titulaire et la légère baisse de forme de Payet, Gerson a de quoi être celui qui va permettre au collectif de continuer sur sa lancée. Alors, il était certes temps, mais il est aussi temps d'en profiter. Et cela arrive au bon moment.