OM : finalement pas de rallonge financière de McCourt pour cet été ?

Il y a quelques jours, on évoquait une possible rallonge financière de Frank McCourt cet été, mais il se pourrait bien que le propriétaire américain de l'OM ne mette pas plus que ça la main à la poche. Alors que se passe-t-il ?

Publié le 21/06/2022 à 08:08
OM : finalement pas de rallonge financière de McCourt pour cet été ?

Comme à chaque fin de saison depuis le rachat de l'OM en 2016, les comptes du club ont fini dans le rouge sur l'exercice 2021-2022.

Si l'équilibre est l'objectif annoncé de la saison à venir, et qu'il sera plus simple à réaliser avec les revenus conséquents qui attendent l'OM (Ligue des Champions et société commerciale de la LFP), pour l'heure il faut convaincre la DNCG de laisser les coudées franches aux dirigeants de l'OM sur le marché des transferts à venir. Comme chaque année, Frank McCourt va s'assurer que l'OM boucle son bilan comptable en faisant rentrer quelques millions d'euros dans les caisses du club.

Mais cette fois-ci, d'après La Provence, le propriétaire de l'OM n'aurait pas forcément l'intention de remettre la main à la poche. Ce qui signifie que pour se dégager une belle enveloppe dans ce mercato, il faudra que Pablo Longoria et ses équipes vendent des joueurs. Un objectif sur lequel le boss américain insisterait vraiment cet été.

Ces derniers jours, L'Equipe expliquait pourtant que le propriétaire aurait apporté à Pablo Longoria des garanties financières qui devaient permettre au club d’avoir une certaine marge de manœuvre pour recruter lors du prochain mercato sans se soucier des ventes. L’Américain comptait également faire de même en communiquant des garanties à la DNCG.

Le Phoceen s'est donc renseigné pour y voir plus clair. De sources proches du dossier, la position de McCourt est de ne pas faire de folie pour le mercato à venir. En ce sens, il n'aurait effectivement pas la volonté de remettre directement au pot. Mais cela ne signifie pas qu'il ne pourrait pas aider à réaliser quelques coups, s'il sent que la rentabilité de la recrue éventuelle ne fait guère de doutes. En d'autres termes, les robinets ne sont pas grands ouverts mais au cas par cas, s'il est convaincu par certains dossiers, l'actionnaire américain ne s'interdit rien.