OM : ce que Sampaoli attend de Mandanda

Nouveau focus sur la situation dans les cages de Steve Mandanda et Pau Lopez, à la lumière des nouvelles déclarations de Jorge Sampaoli.

Publié le 16/10/2021 à 01:00

Avec la venue de Pau Lopez en conférence de presse, évidemment, la question de la concurrence entre les deux gardiens allait revenir sur la table. Pour rappel, Steve Mandanda a fait les quatre premiers matchs de la saison avec l'OM (si l'on compte le match à Nice, finalement à rejouer). Pau Lopez a été titularisé un peu à la surprise générale à Monaco et n'a plus quitté les cages depuis, ce qui fait donc 7 matchs. Avantage à l'Espagnol ? Jorge Sampaoli a rapidement évacué le sujet. Dans un premier temps, au moment du changement, il a expliqué connaître Mandanda. Moins Lopez, qui est arrivé blessé à l'épaule lors de la préparation. Il voulait donc le lancer, voir ce qu'il vaut en compétition, sans lui mettre la pression de la petite semaine, où l'on sent que l'on peut perdre sa place à la moindre bourde. Plutôt cohérent comme raisonnement. L'ancien gardien de Tottenham, du Bétis et de la Roma a donc enchaîné les rencontres tous les trois jours. Est-ce que pour le prochain rush de rencontres, c'est Mandanda qui va reprendre le "lead" ? Rien n'est moins sûr. Déjà, Pau Lopez, face aux journalistes, a expliqué qu'il n'y a pas eu de discussion à ce sujet avec le coach. Quelques minutes plus tard, c'est Sampaoli qui a fait le point sur la situation, et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle ne va pas rassurer le "camp" de Mandanda. 

Un "quand on retrouvera le vrai Steve Mandanda" qui peut faire mal

"Pau est arrivé blessé, c'était compliqué pour lui. Mandanda lui a vécu un an et demi très stressant, des choses très compliquées à encaisser se sont passées ici, pour un joueur aussi emblématique. On a pensé qu'il a dû arrêter un petit peu parce que ça commençait à toucher ses prestations. Quand on retrouvera le vrai Steve Mandanda, il deviendra à nouveau un pilier pour notre équipe. On doit trouver le meilleur moment de nos gardiens. Et quand on aura les deux dans leurs meilleurs moments, ce sera à moi de prendre la bonne décision. On trouve aujourd'hui que les deux sont à un niveau très équilibré. Ca donne une concurrence saine, ce qu'on cherchait, entre deux très bons gardiens", a expliqué Sampaoli en toute fin de conférence de presse, comme vous pouvez le voir dans l'extrait vidéo. Entre politesse, diplomatie et spontanéïté qui s'envolent avec la traduction, il faut disséquer, mais là où l'on pourrait retenir qu'une concurrence saine démarre, ou que Sampaoli tient avant tout à défendre les premiers pas du gardien espagnol, cette version de l'histoire interroge quand on la met dans le contexte, surtout par rapport à Steve Mandanda. 

Il avait pourtant retrouvé un bon niveau sur ses deux derniers matchs... 

S'il ne fait pas d'exploit contre Montpellier et Bordeaux lors des deux premières journées de championnat, ce qui lui avait d'ailleurs été reproché, Mandanda s'était ressaisi à Nice et contre Saint-Etienne. Sans dire qu'il était de retour à son meilleur niveau (Mandanda a été 6 fois la référence à son poste en France en 2008, 2011, 2015, 2016, 2018 et 2020), il était de nouveau à un très bon niveau. Un peu comme en début de saison dernière finalement. Et il a été sorti. Sans crier à l'injustice, sans dire qu'il existe un statut de joueur qui ne doit jamais sortir de l'équipe ou rentrer en rotation, il convient juste de dire qu'il semblait en bonne forme à ce moment-là, physique et mentale. Surtout, si jamais il semblait touché, par exemple par la mise à l'écart d'André Villas-Boas, la nomination d'un nouvel entraîneur des gardiens et/ou la grogne des supporters à la Commanderie, pourquoi ne le révéler qu'un mois après sa mise au ban ? Ou plutôt, pourquoi ne le réveler qu'un mois après si ce n'est pour installer Pau Lopez avec le moins de pression possible, et ce, dès qu'il était en mesure de postuler à une place de titulaire ? Ce n'est en aucun cas une critique frontale du choix de Sampaoli. Un entraîneur est payé pour en faire, et ce n'est pas parce que les supporters penchent pour l'autre option (comme le prouvent une récente consultation du Phocéen qui tourne à 85-15 à l'avantage de Mandanda) que cela va lui donner tort dans les matchs à venir. Mais la formule "quand on retrouvera le vrai Steve Mandanda" sous-entend quand même, aux yeux de Jorge Sampaoli, qu'il ne l'a pas actuellement à disposition. Pour en arriver à cette conclusion, le coach se base donc sûrement sur ce qu'il a vu à l'entraînement. Ou dans le vestiaire, peut-être. Car, encore une fois, la vérité du terrain semblait donner une autre version...