OM : ce que Courbis et Di Meco reprochent à Sampaoli

Dans Virage Marseille, les deux illustres consultants sont revenus sur ce qui les dérange avec l'entraîneur actuel de l'équipe olympienne.

Publié le 02/03/2022 à 12:00

Rolland Courbis et Eric Di Meco étaient sur le plateau de Virage Marseille pour évoquer l'actualité de l'Olympique de Marseille. Comme d'autres, ils sont donc inquiets de voir la dynamique actuelle de l'OM qui ne permet pas d'écarter un scénario catastrophe où le club ne serait finalement pas sur le podium à la fin de saison. "Quand on me parle de Troyes, c'est la plus mauvaise équipe de Ligue 1. Et je n'oublie pas le match à Metz, la réception de Clermont. Trois équipes dont on n'est pas sûr qu'elles vont se maintenir et on fait quatre points sur neuf", pose d'emblée le toujours très bon en calcul "Coach Courbis".

"C'est ses joueurs à lui qu'il trompe !"

Celui qui a été sur le banc de l'équipe marseillaise pendant deux saisons et demi se montre plus virulent quelques minutes plus tard : "Sampaoli est venu à Marseille avec le complexe de Bielsa. Alors, s'il vous plaît, faîtes-lui de belles banderoles au stade "c'est toi qu'on aime, c'est pas Bielsa", comme ça, il sera content et il va peut-être arrêter de vouloir prouver à tout prix que c'est un grand tacticien, à vouloir faire compliqué là où il pourrait faire simple. Quand tu as la chance d'avoir un si ce n'est pas deux bons joueurs par poste à l'Olympique de Marseille, tu fais un schéma et ce sont les joueurs qui changent ton animation, de par leurs profils. Il pense en changeant de schéma à chaque fois qu'il va tromper l'adversaire, mais c'est ses joueurs à lui qu'il trompe ! Quand je regarde ce que fait Rongier, ce que fait mon joueur préféré, Boubacar Kamara, je me dis que ce n'est pas facile d'être joueur de l'OM, même quand on est bon. Un gars comme Harit, on se met un peu à sa place quand il voit le nombre de fois où est utilisé Luis Henrique en étant quasiment mauvais à chaque fois ? "

"Avec les moyens de l'OM, on a plus de chances de trouver un nouveau Mitroglou qu'un nouveau Milik !"

Eric Di Meco, en évoquant le ressenti des joueurs, ne dit pas autre chose : "Un vestiaire, c'est une masse vivante. Quand une composition d'équipe qui sort, tu regardes qui joue, quand il y a des changements, tu regardes qui rentre. Et tu te compares à l'entraînement, parce tu es en concurrence avec d'autres sur certains postes, on est tous dans ce cas-là. Quand tu vois certaines compositions d'équipe, ça peut toucher d'autres joueurs encore parce qu'il y a des incompréhensions". Evidemment, c'est le cas de Milik, qui attire l'attention, alors qu'il n'y a pas forcément Sadio Mané, Vinicius Jr et Pulisic dans la hiérarchie offensive olympienne comme le faisait remarquer l'ancien minot avec ironie, avant de poursuivre plus sérieusement sur les questions que peut aussi se poser Pablo Longoria sur ce sujet : "C'est normal qu'il le soutienne. Mais est-ce que quand tu es président tu peux cautionner ce que fait ton entraîneur avec l'utilisation de Milik par exemple alors que tu as fait des pieds et des mains pour le garder, qu'il a une valeur... S'il part l'été prochain, avec les moyens de l'OM, tu as plus de chances de trouver un nouveau Mitroglou que de trouver un nouveau Milik. Il ne faut pas oublier que Milik, quand il vient, on fait tous la chenille... et on l'a refaite quand il est resté l'été dernier. Un coach doit gérer son équipe au jour le jour mais doit aussi avoir une vision sur l'intérêt du club et c'est d'utiliser au mieux les joueurs mis à disposition par son président. Il y a des choses qu'il doit voir, je ne suis pas sûr que ça l'enchante". 

"Un coach qui joue tous les trois jours est moins inspiré"

Pour autant, les deux compères de RMC se disent aussi que cela peut tourner dans le bon sens. "Je rassure les supporters, je suis moins inquiet pour la réception de Monaco car pour une fois en milieu de semaine c'est le club d'en face qui jouera en Coupe et l'OM qui les regardera à la télé. Et coïncidence qui n'en est pas une, quand il y a des matchs tous les trois jours, un coach peut être moins inspiré" glisse Courbis. A voir donc si Sampaoli aura lui aussi pleinement récupéré au moment de préparer son match face à l'ASM.