OM 3-1 Nantes : Cuisance ne doit plus sortir du onze !

Focus sur la performance de Michaël Cuisance après OM-Nantes.

Publié le 29/11/2020 à 01:00

La réaction était attendue, la réaction est tombée. Bien évidemment, il ne va pas falloir rester sur ça, mais l'Olympique de Marseille s'est bien repris contre Nantes. Trois buts, quinze tirs dont neuf cadrés, la formation de Villas-Boas est enfin dans des standards de haut de tableau. Surtout, le supporter phocéen ne regrette pas d'avoir suivi la rencontre : il y a eu du jeu, des combinaisons, une envie de jouer vers l'avant. Effectivement, certains ne pourront pas s'empêcher de noter qu'en face, c'était une équipe de deuxième partie de tableau, et que les deux défenseurs nantais chargés de couvrir l'appel de Thauvin en début de match ne se présenteront jamais à une épreuve de vitesse en athlétisme. C'est vrai. Mais du côté de l'OM, en trois jours seulement, la transformation est totale. Il suffit de s'attarder sur le match de la paire Kamara-Rongier, sur le nombre de ballons récupérés bien plus important et cette envie de les jouer beaucoup plus vers l'avant. Il faut dire aussi que devant eux, ce n'était pas organisé de la même manière : il y avait un certain Michaël Cuisance. 

Réclamé ces dernières semaines, Cuisance est des quatre dernières victoires en Ligue 1

En conférence de presse d'après-match, il a été demandé à André Villas-Boas quels sont les meilleurs matchs de la saison. Le coach a spontanément évoqué la victoire contre Bordeaux (sur le même score, 3-1) avec la production du soir. Il y a un point commun sur les deux parties et Christian Gourcuff l'avait également remarqué : quand on ouvre rapidement le score, forcément, c'est plus simple d'être en confiance et de développer du jeu. Contre les Aquitains, Thauvin avait également facilité les choses dès les premières minutes. Mais contre Bordeaux comme contre Nantes, il y avait aussi un Michaël Cuisance titulaire au coeur de l'animation offensive. Il a débuté quatre matchs de championnat. Les quatre derniers joués par l'OM. Pour quatre victoires. Ce n'est peut-être pas un hasard. Il était réclamé ces dernières semaines, et André Villas-Boas répondait qu'il ne le voyait pas en milieu relayeur.

Cuisance reprend le rôle d'Ocampos, dans un autre registre

Finalement, sans se renier, le coach a trouvé la formule pour l'aligner avec Thauvin et Payet. Dans un 4-2-3-1 avec Cuisance entre les deux habitués. Il y a encore quelques temps, on se demandait qui allait pouvoir reprendre le rôle de Lucas Ocampos, qui courait pour les deux stars avec Garcia et avait rendu la cohabitation possible sur toute une saison. Ca pourrait donc être Cuisance, qui va combiner techniquement à gauche avec Payet avec des passes dans les petits espaces, mais qui peut aussi aller à droite lancer Thauvin dans la profondeur, cette arme qu'il n'exploitait plus que trop peu. Et il peut aussi mettre le pied dans l'entrejeu. C'est évidemment très flatteur car Thauvin et Payet y ont mis du leur, avec une belle attitude sur le terrain, à des années-lumière de ce qu'ils avaient pu montrer contre Lille (1-1) en septembre. Mais l'association des trois mérite une nouvelle chance contre l'Olympiakos pour se transformer, petit à petit, en une bonne formule pour cet effectif.