Lopez, le pari gagnant

Publié le 09/03/2018 à 07:00

Dans cette belle soirée d'Europa League, où l'OM est venu à bout de l'Athletic Bilbao (3-1), Maxime Lopez s'arrête le plus simplement du monde en zone mixte lorsqu'un journaliste l'interpelle avant de retrouver les siens. Pour le coup, le trajet est un peu plus long que prévu. Il n'y a pas que les suiveurs marseillais qui ont envie de s'attarder sur sa situation. Bon nombre de journalistes espagnols veulent un mot du joueur formé à l'OM. Et même s'il explique qu'il ne peut pas s'exprimer dans la langue de Cervantes, il y en a même un pour lui demander un selfie. Comme un fan qui se persuade que, dans quelques années, cela vaudra de l'or. 

Pas si light

Pour ces observateurs à l'oeil neuf, la technique de Maxime Lopez n'est pas courante et son goût prononcé pour le petit pont est un régal. Loin des jugements qui en seraient presque définitifs dans certains médias français où son match a presque été qualifié de quelconque. A croire que cela avait été préparé avant le match où, il faut être honnête, la foule pariait sur une prestation insipide de sa part, et cela dépassait largement le cadre journalistique français. C'est que, jusque-là, Maxime Lopez était considéré comme un joueur trop light pour cette fin de saison olympienne. A l'image d'un Clinton Njié, il pouvait faire souffler sans aucun problème les titulaires dès lors qu'il était question de faire la phase de poule en Ligue Europa ou un tour contre une division inférieure en coupe de France. Mais cela devient plus compliqué au Parc des Princes par exemple. Alors, sa présence dans le onze de départ de Garcia en a exaspéré plus d'un : c'était le symbole de l'ambition pas assez affirmée de l'entraîneur marseillais pour cette coupe d'Europe. 

Une question d'opposition

Mais au final, Rudi Garcia s'est fait un plaisir de remettre l'église au centre du village, en l'occurrence son milieu technique. Comme il l'a déjà répété, l'entraîneur marseillais aime faire ses compositions d'équipe en fonction de l'adversaire. Titulariser Maxime Lopez pour cette rencontre, ce n'est pas donc une stratégie pour économiser le titulaire Zambo Anguissa pour le match de dimanche mais bel et bien parce que la technique du minot est plus à même de faire un malheur face au vieillissant Raul Garcia. Au final, tout le monde est gagnant : Lopez est pleinement relancé dans la rotation de l'effectif, l'OM s'est imposé avec la manière et... Morgan Sanson est resté sur le banc pendant 90 minutes, de quoi avoir envie de tout casser sur le prochain match. Ce sera à Toulouse, une équipe qui ne pratique pas vraiment le même football que Bilbao. A Rudi Garcia de trouver à nouveau la bonne formule pour une nouvelle victoire. Normalement, il y a la matière.