Ligue 1 à 18 clubs, ça change quoi pour l'OM ?

La Ligue 1 va bien passer à 18 clubs et ce dès la saison 2023-2024, comme l'OM le souhaitait. Un changement pour quelles conséquences ?

Publié le 07/06/2021 à 12:00

C'était dans l'air du temps depuis de longs mois et le sujet date même de plusieurs années. Devant les difficultés financières des clubs français et de la volonté de Canal+, probable futur diffuseur, la Ligue 1 va bien passer à 18 clubs et ce dès la saison 2023-2024. Concrètement, lors de la saison 2022-2023, il y aura quatre descentes de la Ligue 1 à la Ligue 2, pour seulement deux montées.

A Marseille, tout le monde voulait ça

Depuis des mois, l'OM se montre favorable au resserrement de l'élite. André Villas-Boas en parlait en janvier : "La façon dont je la regarde, 20 clubs, c'est abusif. 18 oui, même 16. C'est trop". Son président de l'époque, Jacques-Henri Eyraud, était d'accord avec lui : "Depuis quatre mois, nous les Marseillais jouons tous les trois jours, et c'est encore le cas en février et mars. C'est préjudiciable aux joueurs, cela n'est pas bon pour le championnat et pour les supporters non plus. Il y a plein de réformes à évoquer, c'en est une capitale". Mais c'est Pablo Longoria qui a le plus appuyé, depuis sa prise de fonctions : "Il faut toujours réfléchir au futur du football. Il faut selon moi poser beaucoup de questions sur la table. On joue beaucoup de matchs. Les joueurs sont les acteurs les plus importants dans les clubs, et pour trouver le bon équilibre de distribution salariale, la tendance dans le foot européen et français sera, je pense, une réduction du nombre de joueurs dans l'effectif. Ma considération personnelle, c'est qu'on joue beaucoup dans une saison. Le futur du football passe par une réduction des équipes dans les championnats. Ca va rendre plus attractifs les différents championnats. La participation stable en coupe d'Europe permet de faire grandir un club. Une réduction du nombre d'équipes dans le championnat français, ça peut être plutôt intéressant pour réduire le nombre de matchs et améliorer la compétitivité du championnat". Enfin, Jorge Sampaoli est du même avis : "C'est sûr qu'avoir plus de temps et moins de matchs, c'est mieux".

Presque une obligation

Après cette saison très compliquée sur le plan financier, avec l'absence de public et la crise des droits TV, on retrouve la plupart des clubs français en difficulté majeure. Le diffuseur historique, Canal+, n'a plus envie de diffuser tous les matchs et ne vise que deux affiches par semaine. Qui va l'accompagner ? Pour l'instant tout reste flou, mais une chose est sûre : une réduction du nombre de clubs entraîne machinalement des journées plus intenses avec plus d'affiches entre les gros. Ces fameux matchs que tout le monde regarde. Ainsi, le rôle de Canal+ aura été déterminant. Mais l'UEFA n'est pas non plus pour rien dans cette histoire. En effet, dès 2024, la Ligue des Champions optera pour un format rallongé avec 10 matchs de phase de poules au lieu de 6 aujourd'hui. Quatre matchs européens de plus pour les engagés, quatre matchs domestiques de moins. La seule saison avec moins de matchs pour les gros sera donc finalement celle de 2023-2024. Certains, face à cette volonté d'augmenter l'importance et la fréquence des rendez-vous européens, auraient même souhaité aller plus loin. D'après nos informations, c'est la position de l'OM, qui aimerait à terme voir une élite française composée de seulement 16 clubs, pour ne disputer que trente matchs de championnat et avoir du jus toute la saison afin de pouvoir aussi envisager des épopées européennes. En 2018, l'OM avait fini sur les rotules la saison et n'avait pas pu accrocher mieux que la 4e place, aussi à cause de l'enchainement des rencontres. Le vrai changement aurait été là.

Qu'est-ce que ça va changer pour l'OM ?

Sportivement, il y aura davantage de matchs à enjeux, entre prétendants pour les meilleures places et tous les points laissés en route seront plus impactants. Financièrement, ce passage à 18 clubs va réduire le nombre de parts du gâteau des droits TV, tandis que le gâteau lui-même va aussi se réduire. Cela permettra de limiter la casse. Moins de matchs ne signifiera pas forcément moins de billetterie. En effet, un OM-Amiens ou un OM-Troyes (au hasard) ne sont pas les matchs les plus prisés et ne font que rarement de bonnes recettes. 17 matchs à domicile contre 19 matchs, ça ne change pas grand-chose. Avec seulement 34 matchs, la France pourra aussi espérer conserver la cruciale 5e place européenne qui lui permettra d'envoyer 4 clubs dans la future Ligue des Champions. Un enjeu majeur pour l'OM, puisque désormais une place est déjà réservée au PSG, dans l'état actuel des choses. Un accessit en plus offrira une chance en plus de pérenniser le club dans le haut de tableau et en Ligue des Champions. La condition pour retrouver un peu du lustre d'antan.