OM : Longoria, l'anti Zubizarreta

Le jeune directeur sportif de l'OM est en train de réaliser un début de mercato tonitruant. À des années-lumière de la discrétion de son prédécesseur.

Publié le 19/01/2021 à 12:00

Toujours facile et peu glorieux de taper sur l'ex et ce n'est pas le propos ici. Toutefois, en cette période de mercato hivernal, cela n'empêche pas de faire le parallèle entre l'action menée lors du long mandat d'Andoni Zubizarreta et celle de Pablo Longoria, arrivé à l'OM il y a un peu plus de six mois et déjà sur tous les fronts. Pour le moment, les seuls mouvements officiels ne concernent que deux départs et une arrivée. Le premier assez anecdotique avec le transfert du jeune Florian Chabrolle à l'AC Ajaccio et un deuxième beaucoup plus significatif avec le prêt de Kevin Strootman au Genoa. Mais, rien que sur ce dernier point, le directeur espagnol a réussi là où son prédécesseur avait échoué : se délester (certes temporairement) d'un poids salarial incroyablement pénalisant, symbole d'une politique de gros coups à l'aveugle, qui ne devrait plus avoir cours avec lui. Enfin, l'OM a rapidement enclenché une première arrivée avec celle de Pol Lirola. Une opération 100 % Longoria. On peut également mentionner le départ de Lopez à Sassuolo (hors mercato), mais l'essentiel du début de mandat de l'Espagnol comme "Head of Football" reste à venir et il ressemble à un démarrage en trombe.

Longoria est sur le pont, alors que le besoin de renforcer l'équipe ne s'était plus autant fait sentir depuis longtemps, et on peut dire qu'il est au rendez-vous

On peut, au préalable, effectuer un petit retour en arrière de six mois pour se faire une idée de la tendance impulsée par Longoria. Les profils n'ont plus rien à voir avec ce qui se faisait sous Zubi. Les arrivées de Leo Balerdi, Michaël Cuisance et Luis Henrique en attestent : l'Espagnol recrute jeune, sans frontières et malin, puisque seul l'ailier brésilien a coûté une indemnité de transfert. Pour les autres, Lirola compris, l'OM dispose d'options d'achat qui ne seront levées que si les intéressés donnent satisfaction. Des opérations qui permettent également des paiements différés, ce qui n'est pas un détail au vu de la situation financière du club. Six mois plus tard, Longoria est donc de nouveau sur le pont, alors que le besoin de renforcer l'équipe ne s'était plus autant fait sentir depuis longtemps et il est encore au rendez-vous. On pense évidemment au très gros coup de ce mercato, tous clubs français confondus, avec l'arrivée imminente d'Arkadiusz Milik en prêt à l'OM. Un poids lourd sur le marché des buteurs auquel on n'aurait jamais pensé, même pas en rêve et que l'Espagnol est en train de boucler. Certes, on n'attire pas un tel cador avec des tickets-restaurant et il faut mentionner l'apport de Frank McCourt sur un coup pareil, mais l'expertise de Longoria sur le marché de la Serie A est central sur ce dossier.

Sa méthodologie consiste à dépister plus vite les candidats potentiels et à agir au bon moment, afin de devancer une concurrence de plus en plus active

C'est ce profil moderne et réactif, à l'opposé du tranquille Zubizarreta, qui en a fait le grand gagnant de la consultation opérée par l'OM en juillet dernier. Le club olympien a choisi de la méthode, des réseaux et de l'innovation. Leipzig , Salzbourg ou encore Lille sont les modèles à suivre pour arrêter l'hémorragie de cette fuite en avant basée sur des contrats XXL avec des joueurs qui se révèlent invendables par la suite. C'est la mission de Longoria, dont le modus operandi colle parfaitement avec la tendance. Le projet est double pour l'Espagnol, avec en priorité réussir à faire partir le plus de joueurs possibles, notamment ceux dont les contrats plombent les finances du club, mais aussi bâtir sur la durée une équipe jeune et attractive. Pour cela, sa méthodologie consiste à dépister plus vite les candidats potentiels et à agir au bon moment afin de devancer une concurrence de plus en plus active. Sans crier victoire avant l'heure, c'est l'impression que Pablo Longoria nous donne en ce début de mercato hivernal. Parer au plus pressé afin d'inverser la tendance d'une équipe en train de se déliter, tout en offrant à Villas-Boas des éléments d'avenir performants et motivés. Réjouissant !