Mercato OM : que va entraîner le recrutement de Bakambu ?

Retour sur le recrutement de Bakambu et les explications de Pablo Longoria sur le mercato de l'OM.

Publié le 15/01/2022 à 01:00

Pour justifier son nouveau numéro de maillot, Cédric Bakambu a invoqué une raison pour le moins originale : le jour de sa signature, c'était le 13 janvier, le 13 était disponible, alors allons-y. Pourquoi pas. Cela aura surtout le mérite de rappeler une chose. Bakambu n'est peut-être pas, "le meilleur avant-centre du monde", selon ses propres dires, mais son discours sur son envie et sa motivation de signer à l'OM n'est pas feint ("Quand mon agent m'a proposé l'OM, j'ai tout de suite accroché, ça a matché. Je lui ai dit que je voulais y aller, que je ne voulais pas attendre autre chose"). Car, effectivement, il aurait pu jouer la montre, attendre d'avoir toutes les propositions devant lui pour choisir la plus juteuse, et en ce sens faire comme la plupart des éléments dans sa situation au mercato qui signent au tout dernier moment. Comme tiens le nouveau numéro 30 du PSG... 

Tout le monde est content sauf... 

La signature de Bakambu est donc le genre d'évènement qui donne envie à tout le monde de bomber le torse. Les supporters de l'OM se sentent considérés par un élément qui est motivé pour jouer à l'OM, Jorge Sampaoli se sent écouté quand il demande plus d'expérience pour la finition et les actions dans les 30 derniers mètres et enfin Pablo Longoria entretient sa légende et celle de son réseau en allant chercher pour zéro euro d'indemnité de transfert un élément qui avait coûté 70 millions d'euros il y a quatre ans (35 millions d'euros pour Villareal, 35 millions d'euros d'impôts pour le gouvernement chinois comme le stipulait à l'époque le règlement de la Chinese Super League). Les seuls qui peuvent être circonspects, finalement, ce sont les membres du bureau de la DNCG chargés de s'occuper du cas de l'OM.

Benedetto le facteur clé ?

En encadrant les mutations du club phocéen, occasionnant l'été dernier un montage de dernière minute pour faire signer Amine Harit, mettant alors à l'honneur le sens de la solidarité de Balerdi, Alvaro et Lirola, l'organisme de gestion du foot français avait fait comprendre qu'à l'avenir, l'OM devait vendre avant d'acheter. Pour Bakambu, il y a tout de même une prime à la signature et un salaire sur deux saisons et demie à régler. Comment ? La part du salaire de Jordan Amavi prise en charge par Nice ne semble pas suffisante à première vue. Est-ce la cession de Benedetto à Boca Juniors pour 1,8 millions d'euros, présentée comme imminente dans la presse argentine ? Cela y ressemble, et cela expliquerait aussi pourquoi le contrat n'est pas encore homologué. Au moment de répondre à la question, Pablo Longoria a préféré noyer le poisson, comme vous pouvez le voir dans la vidéo : "C'est une question de gestion, des instances, la responsabilité de la gestion du club au quotidien. Après, on doit chercher à faire le meilleur bilan économique possible et il faut faire des mouvements au mercato pour continuer à développer notre stratégie". En même temps, le président de l'OM ne peut pas dire clairement que le recrutement de Bakambu est également pensé pour anticiper une offre en fin de mercato que le club pourrait être dans l'incapacité de refuser dans ce secteur de jeu et qu'il vaut mieux y penser car ce n'est pas une fois le gros chèque en poche que l'on peut faire des affaires. C'est pourtant ce qui doit rassurer Frank McCourt. Et qui explique cette stratégie qui doit continuer d'être développée. En attendant, tant que personne ne part, cela peut aussi être la stratégie "qui ne paie rien pour attendre", et c'est peut-être pas plus mal...