Thauvin : "Il était temps pour moi de passer à autre chose"

C'était son dernier match avec l'OM. Florian Thauvin a pris le temps après la victoire contre Angers (3-2) d'expliquer son départ pour les Tigres et ce qu'il retenait de ses années OM...

Publié le 17/05/2021 à 01:46

C'était un bon match pour ta dernière ?

Florian Thauvin : "Le plus important ce soir, c'était de prendre les trois points pour accrocher l'Europe. On a su le faire, en souffrant jusqu'au bout, comme d'habitude. Le principal, c'est qu'on ait réussi à prendre ces trois points et c'est ce que je retiendrai ce soir".

Peux-tu expliquer ta décision de partir aux Tigres et André-Pierre Gignac a-t-il joué un rôle dans ce départ ?

F.T. : "C'est un choix qui a été difficile pour moi. J'ai eu l'opportunité de continuer à l'OM. Je veux remercier Pablo Longoria, Jorge Sampaoli, ainsi que Franck McCourt. Ils m'ont fait une super proposition, un contrat de 5 ans, un contrat plus gros que celui que j'ai actuellement. Ils ont vraiment tout fait pour me conserver, je leur dis un grand merci. Le club démarre un nouveau chapitre, une nouvelle ère et devait avoir un joueur 100% concerné qui devait être prêt pour relever ce défi. Je pense qu'il était temps pour moi d'ouvrir un nouveau chapitre, de découvrir autre chose. L'OM est un club qui est fantastique, le plus beau club français, mais il est difficile, fatigant. Je pense que j'avais fait le tour, donc j'ai eu envie de découvrir autre chose et je voulais surtout ne pas faire de mal à mon club si n'étais pas prêt à 100%. Le club méritait un joueur qui soit prêt à soulever des montagnes pour aller chercher ses objectifs. Donc j'espère qu'ils arriveront à trouver ce joueur. Concernant le choix du Mexique, j'ai eu la possibilité de rester en Europe avec de nombreuses convoitises. Le plus important pour moi, c'était de prendre du plaisir. J'ai toujours été un amoureux d'Amérique latine, ce sont des passionnés de foot. Le foot est devenu mon métier, mais c'est avant tout ma passion. Ce que je veux, c'est retrouver beaucoup de plaisir, de passion. Les Tigres l'illustrent bien. Dédé (Gignac) a eu un rôle important, c'est lui qui m'a appelé pour me parler du projet et j'ai ensuite discuté avec les dirigeants. J'ai tout de suite été très emballé et convaincu par le projet. J'ai toujours vu Dédé prendre énormément de plaisir là-bas. Ca a été très facile pour avancer et on est tombés d'accord".

C'est un déchirement ou un soulagement ce soir ?

F.T. : "Je veux remercier tous ceux qui ne sont pas dans la lumière, mais qui font tout pour nous aider au quotidien, tous les coachs, les présidents, les gens qui m'ont témoigné de la confiance. Je ne vais pas vous mentir, certes ça me fait mal au coeur parce que c'est une page de ma vie qui se tourne, je me suis construit à Marseille, j'ai réalisé mon rêve à Marseille, mais c'est un soulagement pour moi aujourd'hui. Il était temps de passer à autre chose et de laisser la place à quelqu'un d'autre. J'ai vécu une saison compliquée, comme vous l'avez tous vu. Je ne me suis pas senti à l'aise cette année. Je veux faire une mention très spéciale pour les supporters. Je suis venu à Marseille pour ça, ils m'ont fait rêver, je ne suis pas né Marseillais, mais je le suis devenu. Dans ce stade Vélodrome, j'ai débordé d'émotions et ça a été le cas pendant toutes ces années. Je suis déçu de ne pas avoir pu leur dire au revoir, mais je les remercie pour tout ce qu'ils m'ont apporté, pour toutes ces années. Un grand merci pour l'hommage qu'ils m'ont rendu ce soir. Ils sont à tout jamais dans mon coeur".

Tu as tout vécu ici, mais que retiendras-tu de plus beau ?

F.T. : "J'ai de très bons souvenirs comme notre beau parcours en Europa League, c'est dommage qu'on n'ait pas réussi à aller au bout. J'ai des souvenirs des matchs contre le PSG où j'ai pu marquer et réaliser un rêve pour moi. Mon plus grand regret, c'est de ne pas avoir réussi à remporter des trophées. J'ai toujours fait mon maximum pour y arriver, mais c'est comme ça. Je suis très fier de mon parcours à l'OM, je pense que j'ai fait des choses bien et des choses moins bien, mais je pense que je peux me regarder dans un miroir et être très fier de moi".

Tu seras suspendu à Metz à cause d'un carton bête à Saint-Etienne. Comment ça s'est passé, tu ne le savais pas ?

F.T. : "C'est très simple. On a toujours eu l'habitude d'avoir quelqu'un du club qui nous avertit quand on est sous le coup d'une suspension. Cette fois-ci, je n'ai pas été averti, malheureusement. Je suis assez impulsif, quand je m'énerve j'oublie ce que je fais, je perds un peu mes moyens et je vois un peu noir. J'ai pris un carton bêtement à Montpellier et dans cet énervement, je l'ai complètement oublié. C'est une erreur de ma part".