OM : Rongier raconte son nouveau poste avec Sampaoli

Valentin Rongier décrypte le rôle spécifique que lui confie Jorge Sampaoli cette saison.

Publié le 22/10/2021 à 16:33

Valentin, le coach nous explique que son idée contre Paris est d'avoir le contrôle du jeu. Quel est ton rôle au milieu de terrain et que demande Sampaoli pour avoir le contrôle du jeu ?

Valentin Rongier : "Déjà, je pense que vous avez pu le voir, hier j'ai évolué à plusieurs postes. Il nous demande d'évoluer à différentes hauteurs sur le terrain pour gêner un maximum les adversaire et surtout les perturber dans leurs placements défensifs, qu'il ne sachent pas trop où se placer. On le voit, ça fonctionne, car il y a beaucoup de déclarations de joueurs adverses qui disent qu'ils ont du mal à détecter notre système et à se positionner en conséquence".

Tu peux nous parler de tes prestations, on te voit très bon dans le jeu et physiquement au top. As-tu une explication pour ce renouveau ?

V.R. : "Non, si ce n'est que j'ai beaucoup travaillé. Je ne dis pas que je ne travaillais pas avant, mais dans le foot on sait que ce n'est pas linéaire et qu'il y a des périodes où on est meilleurs et d'autres où on est moins bons. En ce moment, je me sens bien physiquement et mentalement. Et le fait que l'équipe développe du jeu et tourne plutôt bien, ça m'aide forcément parce que c'est un peu mon style de jeu à moi".

Le coach Sampaoli nous disait qu'il te formait à un poste hybride de milieu de terrain et arrière droit à la fois. Comment t'en sors-tu là-dedans ? En plus d'être bon balle au pied, on l'a vu par exemple contre Zaccagni face à la Lazio, tu es aussi très bon en défenseur latéral droit. Comment analyses-tu cette "reconversion" ?

V.R. : "Ce n'est pas une reconversion, mais le coach a besoin dans son système d'un joueur qui fait ce boulot-là. On a essayé et ça fonctionne plutôt bien. C'est fatigant, parce que ça demande beaucoup d'effort et je finis les matchs un peu fatigué. Défendre en un contre un, ce n'est pas pareil qu'au poste de numéro six. J'ai été formé en tant que milieu défensif et je me sens plutôt bien quand je défends, donc ça m'a aidé à m'adapter. Le plus dur, c'est d'avoir les réflexes d'un vrai défenseur en regardant toujours sa ligne, en s'alignant avec ses partenaires. Mais en tout cas, pour l'instant, je me sens bien".