OM : Comment Sampaoli s'adapte (ou pas) au championnat français

Jorge Sampaoli évoque la situation tactique actuelle de l'OM, dans une Ligue 1 où les Marseillais doivent s'adapter...

Publié le 03/12/2021 à 15:48
OM : Comment Sampaoli s'adapte (ou pas) au championnat français

La victoire contre Nantes semble avoir redonné de la confiance ?

Jorge Sampaoli : "Je pense que la confiance est liée aux résultats. Ce qui se passe en plus de la forme pour gagner, détermine les jugements de valeur. C'est la réalité actuelle. Pour nous, pour moi, la victoire contre Troyes n'est pas la même que celle face à Nantes, dans un championnat physique, rapide et technique. Je préfère la victoire face à Nantes où on a vu une très bonne capacité collective. J'espère que ce sera un point de départ pour ce projet et que l'on voie ça sur le long terme. C'est le projet d'entraîneur que j'ai choisi. La victoire contre Troyes m'inquiétait, celle contre Nantes m'a donné beaucoup d'espoirs. Il faut continuer d'améliorer ça et on va pouvoir s'appuyer sur ça si on continue ainsi".

Comment jongler entre euphorie et pessimisme ?

J.S. : "J'ai beaucoup appris ces derniers temps dans ce football en France. On doit lutter dans un processus nouveau. On a nos convictions, c'est notre idée de jeu, on construit notre processus sur une façon de jouer. Il y a aussi bien sûr les résultats, mais on ne peut pas après une défaite dire qu'on est des perdants. Ça ne marche pas comme ça. On est dans un football très compliqué en France, il y a beaucoup de transitions, et quasiment toutes les équipes du championnat seront meilleures que nous à ce niveau-là. Si on lutte avec ce football de transition, on aura seulement les individualités pour nous sauver. Nous, on est construit pour gagner d'une seule façon, en contrôlant le match, c'est notre idée. Le reste nous importe un peu moins, il faut juste suivre ce processus. Avec le staff, on essaye de se concentrer sur ce style de jeu, cette façon de jouer qui est différente du football de transition que je ne critique pas, attention. C'est un football très fort, mais nous aussi on doit être fort contre ces critiques et ce football de transition. On doit travailler sur ça. Moi aussi je suis en formation avec tout ça. Notre défi, c'est d'arriver à lutter contre l'euphorie ou le pessimisme, pour ne pas perdre le chemin de ce processus".