OM : Amavi salue la décision de Puel

Jordan Amavi revient sur ses années niçoises, lors desquelles Claude Puel l'a replacé au poste d'arrière gauche.

Publié le 11/10/2020 à 11:16
OM : Amavi salue la décision de Puel

Jordan Amavi a signé à l'OM lors de l'été 2017. Trois ans déjà qu'il est le titulaire indiscutable à Marseille au poste de latéral gauche. Alors que son contrat prend fin dans un an, l'OM va tenter de faire prolonger Amavi ces prochains jours. Une prolongation de deux ans est envisagée le concernant.

Avec déjà plus de cent matchs sous le maillot marseillais au compteur, celui qui a été relancé totalement par André Villas-Boas a de grandes chances de continuer l'aventure au-delà de cette saison. Et pourtant, tout ne fut pas simple pour l'ancien Niçois, avec notamment sa rupture des ligaments croisés du genou lors de la phase retour de la saison 2015-2016 à Aston Villa après son transfert. Devenu un des meilleurs arrières gauches, avec même une convocation dans le groupe France lors de ses premiers mois à Marseille, l'histoire aurait pu être complètement différente s'il n'avait pas croisé la route de Claude Puel.

Le technicien français l'a replacé au poste d'arrière gauche alors qu'Amavi était un joueur offensif de formation, comme l'explique le latéral Olympien sur le site officiel de l'OM : "Claude Puel est venu me parler sur un terrain. C’était à la fin de l’entrainement avec les pros. Il me dit : "comme tu sais et comme tu as pu le remarquer on veut te faire jouer arrière gauche. On pense que tu as les qualités pour. Tu cours vite, tu sautes haut, tu es endurant, tu peux répéter les efforts. On pense que ça peut être intéressant pour toi pour le futur". Le coach Puel a lancé pas mal de joueurs qui maintenant sont des stars internationales. Il sait ce qu’il fait, on est obligé de lui faire confiance. Je voulais être professionnel et être un joueur offensif. Ça ne marche pas, je suis replacé défensivement et je vais bosser pour réaliser mon rêve même si c’est à un autre poste et que ce n’est pas comme je l’imaginais".