Nice-OM : La ministre des sports comprend la réaction des joueurs marseillais

La ministre déléguée au sport, Roxana Maracineanu, à réagi suite aux incidents survenus à l'Allianz Riviera lors de la rencontre entre Nice et l'OM.

Publié le 23/08/2021 à 15:39
Nice-OM : La ministre des sports comprend la réaction des joueurs marseillais

Depuis les incidents honteux provoqués par l'envahissement du terrain des supporters niçois lors de la rencontre Nice-OM (1-0, match arrêté), les réactions se multiplient. Parmi ces nombreuses réactions, celle de la ministre déléguée au sport, Roxana Maracineanu.

Au micro de BFM TV, elle a soutenu le comportement des joueurs qui se sont défendus : "Encore heureux que les joueurs se soient défendus. Sur un match où on s'en prend aux joueurs et aux arbitres, c'est normal qu'on réagisse. On va laisser les joueurs se faire insulter, se faire jeter des bouteilles pleines d'eau ? Non. (...) C'est aux forces de sécurité, au club qui reçoit et aux supporters d'être responsables et aux dirigeants de ces clubs de faire en sorte que ça se passe bien".

Invitée également sur France Info, Roxana Maracineanu a qualifié ces faits d'innacceptables : "Une ligne rouge a été franchie en matière de violences à l'encontre des acteurs de jeu. Je me bats contre toute haine, incivilité dans les stades. Il faut aujourd'hui que la Ligue de football professionnel, les responsables de clubs soient responsables et prennent les sanctions qui sont celles du bon sens, celles en accord avec ce qui se passe, ce qu'ils voient sur les terrains. C'est inacceptable que nos supporters balancent des objets, soient violents, pénètrent dans les stades".

La ministre déléguée au sport ne s'interdit pas également d'entamer des procédures : "Un problème de sécurité ? Oui probablement si on est en mesure de voir de tels actes sur le terrain, des bouteilles voler dans tous les sens et atteindre des joueurs. Les bouteilles en verre sont interdites, il y a une question de contrôle. Contre cette agression caractérisée, je me réserve le droit de porter plainte. J'ai vu néanmoins que le parquet avait déjà été saisi aujourd'hui. (...) On s'est battus pour que le public revienne dans les stades, que les matchs ne se fassent plus à huis clos. (...) Ce n'est pas à la hauteur de notre public, du football et de l'image que le football prétend et veut avoir dans notre société et dans le sport particulièrement".