Courbis : "Les certitudes ont volé en éclats"

Publié le 21/09/2018 à 16:51

L'an dernier à pareille époque, nous interrogions Rolland Courbis sur l'opportunité pour l'OM de faire un parcours en Europa League. Fidèle à ses habitudes, l'ancien coach olympien nous faisait part de sa méfiance vis-à-vis de cette "compétition du jeudi soir", comme il l'appelle. Pour lui, la jouer à fond compromettait les chances de l'OM de terminer sur le podium, et, malheureusement, sa prophétie s'est vérifiée en fin de saison. Inutile de dire que cette année, son discours ne varie pas d'un pouce, et encore moins après la défaite de l'OM hier jeudi face à l'Eintracht Francfort. C'est ce qu'il explique au Phocéen. Interview :

Rolland, on imagine que tu regardes encore cette Europa League avec méfiance ?

Rolland Courbis : "Évidemment, je ne change pas ma position. La saison dernière, alors que tout le monde fêtait le parcours de l'OM dans cette compétition, je regardais le classement en championnat et je constatais qu'on ratait le podium pour un point face à Lyon. De plus, et ce n'était pas prévu, cette troisième place donnait directement l'accès à la Champions League sans passer par les barrages, ce qui était une chance incroyable pour les clubs français".

Rien n'interdisait à l'OM de prendre un point de plus, non ?

RC : "Bien sûr, mais l'OM a eu 5 points d'avance sur Lyon et aurait pu en compter 8 en les battant au Vélodrome. Alors, d'accord, certains me diront que l'OM a pêché dans les confrontations directes, mais je ne peux pas m'empêcher de penser qu'il manque certains de ces points à cause de l'Europa League et notamment cette défaite à domicile".

Et cette saison, faut-il en tirer des leçons ?

RC : "Disons que ça va peut-être se régler sans réfléchir. L'an dernier, sans diminuer le mérite de l'équipe, l'OM a eu des adversaires plutôt accessibles tout au long du parcours. Cette saison, il y a déjà Francfort dans un stade à huis clos, alors qu'avec 50 000 spectateurs, l'arbitre aurait sûrement sifflé un penalty sur les deux, comme l'a dit Rudi. Ensuite, il faudra aller là-bas, jouer la Lazio, donc ce ne sera pas du tout évident de sortir de ce groupe. Encore une fois, j'espère que ça ne coûtera pas trop de points ni de blessures, comme on a pu le voir avec Rami".

Tu vois des répercussions sur le match à Lyon dimanche ?

RC : "En 24 heures, la donne a complètement changé. Il y a quelques jours, on avait un OM qui écrasait Guingamp et des Lyonnais qui se disputaient entre eux à Caen après avoir été tenus en échec par une équipe réduite à dix. On les imaginait se faire massacrer à City pendant que l'OM allait battre facilement Francfort, et c'est tout le contraire qui s'est passé. Maintenant, ce match est pénible à préparer pour l'OM avec un Rami blessé, un Caleta-Car que je trouve moyen, et un Mandanda dont on ne sait pas s'il va revenir. Ça ne veut pas dire qu'il est perdu, mais toutes les certitudes qu'on pouvait avoir ont volé en éclats".