"Caleta-Car est dans le registre de Sergio Ramos"

Publié le 02/03/2019 à 16:26

Basile Boli, aujourd'hui ambassadeur de l'OM, explique son bonheur de voir éclore cette charnière centrale new-look composée de Duje Caleta-Car et Boubacar Kamara. Interview :

Basile, fais-tu toi aussi partie des admirateurs de Bouba Kamara ?

Basile Boli : "Absolument. Il fait preuve d'une maturité exceptionnelle depuis l'âge de 16 ans, ce qui n'est pas évident lorsqu'on est défenseur. Attaquant, on peut louper une action et être quand même applaudi, alors que derrière, l'erreur n'est pas pardonnée".

Depuis quand as-tu compris qu'il avait de l'avenir ?

BB : "J'en discute depuis un moment avec son entraîneur de l'équipe de France U19 Bernard Diomède. Il n'arrêtait pas de me parler de lui, et je me suis penché de plus près sur ses matches. Percer à l'OM pour un jeune joueur comme lui, c'est assez exceptionnel, car c'est très difficile, c'est pour cela que je mets en avant sa maturité".

On lui prête aussi de grandes capacités techniques. Quel est ton avis sur la question ?

BB : "Bouba a une technique supérieure à la moyenne pour un défenseur. C'est simple, je le vois en équipe de France A dans les années à venir. J'imagine une défense centrale avec lui et Presnel Kimpembe. Sa sérénité et sa technique ajoutés à la fougue de Kimpembe peuvent être très intéressantes, un peu à l'image de la charnière Varane / Umtiti qui nous a fait gagner la coupe du monde".

Rudi Garcia l'a essayé au milieu ainsi qu'à gauche. Qu'en penses-tu ?

BB : "Même si ça ne devait pas trop lui plaire, je pense que c'est très bien d'essayer plusieurs postes. Surtout au milieu, pour comprendre l'anticipation dans le jeu. Même latéral gauche, c'est une bonne expérience. On m'a mis partout moi aussi quand j'étais jeune".

Il est indiscutable aujourd'hui en défense centrale ?

BB : "Attention, il est encore très jeune et il faut le laisser progresser tranquillement. Rudi Garcia a son plan pour lui, et il faut le laisser faire. Il a fait ses preuves là-dessus à Lille où il a fait grandir une génération exceptionnelle. C'est pareil à l'OM".

A côté de Kamara, il y a un autre jeune joueur en train de s'affirmer : Duje Caleta-Car...

BB : "J'ai toujours cru en ce joueur, même lorsqu'il était en difficulté. Moi qui adore un joueur comme Sergio Ramos, je trouve que Caleta-Car est dans ce registre, même s'il ne faut pas comparer, évidemment. Il a juste besoin de confiance. D'ailleurs, j'étais très content à Rennes dimanche (1-1), car quand il a loupé une balle, le coach et les joueurs l'ont tout de suite encouragé. C'est un signe très positif pour un gars qui vient d'arriver, qui ne parle pas la langue. Quand on va comprendre à Marseille les qualités qu'il a, attention ! Il a un grand avenir et les grands clubs ne tarderont pas à s'en apercevoir, vous verrez. Attendez deux ou trois mois qu'il parle la langue, qu'il découvre les attaquants de Ligue 1, et vous verrez la grinta du gars. Il faut le couver, comme Kamara".

Il va falloir se méfier lors des prochains mercatos, notamment pour Kamara...

BB : "Oui, mais derrière, c'est différent. Pour un attaquant, ça va très vite parce qu'on regarde tout de suite les stats, mais pour un défenseur, il faut une bonne centaine de matches pour que les clubs bougent. L'OM a le temps avec lui".

Pour terminer, l'OM s'est bien redressé ces dernières semaines. On imagine que ça te fait plaisir ?

BB : "Je n'étais pas inquiet, comme les donneurs de leçons à la radio ou à la télé qui changent tout le temps d'avis, et je le disais à Rudi. C'était difficile, et j'ai vachement aimé voir le président, Rudi et Andoni faire le dos rond. Il ne faut pas oublier que c'est un projet qui commence, et toutes ces critiques ont donné encore plus de force et d'expérience à la direction du club. La pression était forte, mais la stabilité a primé et c'est bien, car des hauts et des bas, il y en aura toujours dans le football".