Porto-OM : le moment de montrer les muscles !

Ce Porto-OM va déterminer la suite de l'aventure européenne de l'OM cette saison. Edito

Publié le 03/11/2020 à 01:00

On efface tout et on recommence ? C'est un peu ce que doivent se dire André Villas-Boas et ses hommes après le départ complètement raté dans cette Champions league tant attendue par tout un club et tout un peuple. Ce départ raté ne concerne que deux matches, évidemment, mais il est suffisant pour compromettre dangereusement la suite du rêve européen de l'OM cette saison. En effet, avec zéro point, l'OM marche sur un fil dès cette troisième journée et ce match de tous les dangers à Porto. Porto, équipe maudite pour les Olympiens dans leur histoire en C1 avec trois défaites et un nul qui ont leur ont barré à chaque fois la route vers une sortie de poule. Mais, il ne nous a pas échappé que ce Porto-OM est aussi l'un des plus grands rendez-vous de la carrière d'un certain André Villas-Boas, attaché pour la vie à ces Dragons dont il rêve de prendre un jour la présidence. Une bonne raison pour tout donner, et même davantage, sur la pelouse de l'Estadio do Dragão.

Avant d'établir une hiérarchie entre le niveau de l'OM et celui des Portugais, il faut déjà avoir vu leurs matches

Évidemment, au vu de notre entrée en matière dans cette compétition et du niveau de jeu affiché par l'OM en général, nombre d'observateurs nous voient déjà balayés de la C1 dès ce troisième match. Mais ce raisonnement ne tient pas, il est du moins un peu court. Pourquoi ? Parce qu'avant d'établir une hiérarchie entre le niveau de l'OM et celui des Portugais, il faut déjà avoir vu leurs matches. Comme c'est le cas pour la plupart des grosses équipes en ce début de saison à nul autre pareil, Porto galère aussi. S'ils ont mieux géré ces deux premières journées avec une victoire à la maison face à l'Olympiakos, les hommes de Sergio Conceiçao ne montrent aucune garantie dans leur championnat, avec notamment de piteuses défaites face à Maritimo et Paços Ferreira qui ne sont pas des foudres de guerre. Ils ont aussi perdu cet été des hommes-clés comme Alex Telles (MU), Danilo Pereira (PSG) ou Fabio Silva (Wolverhampton). Alors, dire que Porto est légèrement supérieur à l'OM aujourd'hui, peut-être, mais qu'il va n'en faire qu'une bouchée, certainement pas.

C'est là qu'on attend Payet, qu'on le veut rageur, déterminé et surtout chirurgical face au but et sur les quelques coups francs que l'OM se procurera

Et puis il y a la fierté marseillaise, celle dictée en temps normal par un parcage visiteurs qui ne sera certes pas là, mais qui doit constituer l'ADN de tout Olympien qui se respecte. Ce message doit être infusé ce soir dans les têtes et dans les tripes par André Villas-Boas, bien sûr, mais aussi par les piliers de la boutique que sont Steve Mandanda, Alvaro, Flo Thauvin ou Dimitri Payet. Payet, justement, qui doit se convaincre et nous convaincre que ce choc est un match pour lui. Quel meilleur écrin pour l'artiste olympien que ce Porto-OM pour prouver qu'il reste le match-winner sur lequel on compte, prouver qu'il n'a pas signé un "contrat à vie" pour dérouler tranquillement jusqu'au jour où il raccrochera ses crampons ? C'est là qu'on attend Dimitri, qu'on le veut rageur, déterminé et surtout chirurgical face au but et sur les quelques coups francs que l'OM se procurera inévitablement. C'est son job, son match, il sait faire et il doit surtout nous faire oublier le Payet de ces dernières semaines. Même chose pour Pipa Benedetto, pour lequel ce match constitue l'occasion rêvée de planter la banderille qui fera oublier tout le reste. Plus facile à écrire qu'à faire, bien sûr, mais ce scénario existe quelque part dans les têtes et les tripes de nos joueurs. Ils peuvent l'écrire eux aussi, ils ont signé à l'OM pour ça.