OM : Sampaoli et le temps des premières secousses

Depuis la défaite de l'OM à Galatasaray, les choix tactiques de Jorge Sampaoli sont plus franchement pointés du doigt.

Publié le 27/11/2021 à 01:00

Il est encore beaucoup trop tôt pour affirmer que l'histoire entre Jorge Sampaoli et l'Olympique de Marseille est en train de tourner au vinaigre. Mais l'élimination pour la suite de la compétition en Europa League suite à la défaite de l'OM à Galatasaray (4-2) porte un coup de canif dans les plans du coach argentin, qui faisait de l'Europe l'un de ses grands objectifs. D'autant qu'il est, forcément, la cible de critiques...

L'OM piétine ou chute et le contenu n'y est plus vraiment

Le coach n'est pas sur le terrain mais, il est l'architecte de son équipe. A ce titre, aux premiers mauvais résultats venus, il essuie les critiques et c'est le jeu. L'intéressé lui-même en est bien conscient, comme il l'explique en conférence de presse (voir en vidéo) : "C'est normal dans le football, on tombe amoureux très vite et l'inverse également, explique l'ancien de Santos. Il n'y a pas de croyance sur le long terme, sur une idée." C'est que, niveau idée de jeu justement, Sampaoli nous avait promis des étincelles, des buts, de l'engagement, un style qui correspond à la longue et riche histoire du club. En éternels insatisfaits que nous sommes, quand en début de saison l'équipe était si offensive qu'elle en devenait déséquilibrée, on s'inquiétait (tout en prenant du plaisir). Plus tard, le temps des confrontations contre le PSG ou la Lazio arrivé, on s'est plaint de ne pas assez attaquer. Sauf que, finalement, on se plaignait surtout de ne pas gagner, car le contenu était là. Contre Metz en Ligue 1 (0-0) ou face aux Turcs donc, il n'y en avait pas. Et ça change forcément la donne.

Sampaoli n'est pas le premier à traverser des turbulences et c'est à lui de redresser la barre

Jorge Sampaoli a-t-il également trop usé la carte de l'adaptation à l'adversaire ? On peut penser que son idée de placer Pape Gueye milieu gauche avait pour but de bloquer un couloir. Dans les faits, ce fut un fiasco. Idem de l'autre côté du terrain, où Matteo Guendouzi n'a pas eu son rendement habituel dans un poste peu habituel. Et cela agace beaucoup de suiveurs de l'OM, d'accord pour perdre contre plus fort, mais en restant cohérent. Là, des doutes sont émis sur les idées tactiques de l'Argentin. Ce dernier ne se prive pas d'y répondre, sans se cacher : "Les critiques font partie de ce sport et peuvent aussi être exagérées, mais on est exposés à ces critiques, ces analyses qui peuvent parfois être, si on peut le dire comme ça, amateures, parce que professionnellement, il y a quand même beaucoup plus de choses à analyser que le seul résultat d'un match. Et puis, on a aussi beaucoup de commentaires qui sont parfois cohérents et parfois nocifs." Sampaoli n'est pas le premier coach olympien à vivre une première zone de turbulence et l'important est à présent de redresser la barre. D'autant que d'ici la trêve hivernale, l'OM va être confronté à des équipes présumées "plus faibles". L'occasion rêvée de remettre un peu d'ordre dans la maison olympienne, qui réclame, évidemment, des victoires...