OM : Sampaoli doit-il changer de système ou d'hommes ?

Si l'OM patine ces dernières semaines, est-ce la faute du système ou des joueurs ? Que changeriez-vous dès la reprise ? A la fin de l'article, donnez votre avis.

Publié le 13/10/2021 à 01:00

Après des débuts en fanfare en Ligue 1, l'OM a petit à petit levé le pied pour terminer, avant l'actuelle trêve internationale, par une série de quatre matchs sans victoire. Si tout n'est pas à jeter dans le jeu, les faits comptables sont tenaces. Alors, dès ce dimanche contre Lorient, Jorge Sampaoli doit-il changer son système ou ses joueurs ?

Son système, car il ne permet pas à tous de s'épanouir

Depuis le début de la saison, de 3-3-3-1 de Jorge Sampaoli en a surpris plus d'un, que ce soit en Ligue 1 à Monaco par exemple ou en Ligue Europa face au Lokomotiv. Mais, les semaines passant, les coachs adverses ont eu le temps d'analyser les déplacements des joueurs olympiens et de trouver la parade pour ne pas se laisser martyriser par l'OM. Ainsi, si Frank Haise a su remporter son duel tactique avec Lens au Vélodrome (2-3) avec pas mal de réussite quand on revisionne les occasions olympiennes, Jocelyn Gourvennec, pourtant peu heureux depuis son arrivée à Lille, a su parfaitement museler l'attaque de l'OM tout en mettant à jour ses carences défensives. Il serait peut-être opportun pour le coach argentin de changer de système de jeu, en remettant, par exemple, un Pol Lirola dans les meilleures conditions.

Le système a fait ses preuves et le recrutement est bâti pour, c'est aux joueurs de performer (ou de changer)

Mais, une fois que l'on a mis à jour les failles du 3-3-3-1 de l'ancien coach du Chili, on est également obligé d'y opposer les qualités. Dans cette configuration, l'OM a eu, la majorité du temps, la possession du ballon et a pu se permettre de jouer très haut, ce qui a pour avantage de limiter les courses donc de moins souffrir des pressings consécutifs à enclencher. Dans ce schéma, on a pu voir l'éclosion d'un Guendouzi, les masterclass de Payet, en 10 ou en faux 9, les belles montées de Luan Peres ou l'activité débordante des joueurs offensifs de côté collés à leur ligne. Ce n'est donc pas le système qui cloche, mais ce qu'en font les joueurs. Il serait peut-être temps de remettre de l'ordre dans la hiérarchie, d'imposer de purs ailiers sur les côtés et de maximiser les performances des Olympiens au milieu et en défense.