OM-PSG : Comment l'OM peut piéger le PSG

Les Olympiens seront probablement dominés par le PSG, mais il existe des solutions pour leur faire mal en contre.

Publié le 07/02/2021 à 12:00

Ce soir, l'OM accueille le PSG au Vélodrome dans un Classique que les Parisiens prendront comme une revanche, ayant été battus lors de la première manche au Parc des Princes (0-1). De quoi avoir peur d'une énième défaite face à l'ennemi juré ? C'est certain, car en plus d'une longue série de résultats dramatiques ces dernières semaines, rien n'a été épargné aux Olympiens avec des tensions avec les supporters, le départ de leur entraîneur et, pour finir, le forfait de leur homme providentiel Arkadiusz Milik. Du coup, cet article aurait pu s'intituler "Chronique d'une défaite annoncée", sauf que la partie est loin d'être jouée. En effet, en dépit de cette accumulation de points défavorables, les joueurs de Nasser Larguet ont de quoi inquiéter les Parisiens. Déjà parce qu'ils ont à coeur de monter qu'ils forment à nouveau une équipe, comme ils l'ont fait à Lens mercredi (2-2), mais aussi parce qu'il existe des solutions tactiques face à des Parisiens bien loin de leur niveau des saisons précédentes. Explications.

"Ils peuvent les empêcher de déployer leur talent, car on a vu des équipes bien plus faibles que l'OM faire ch... Paris cette saison"

Sur le plan mental, il apparait aujourd'hui clairement que Villas-Boas n'avait plus de prise sur ses joueurs. Et comme la décision leur appartient une fois sur le terrain, ils ne se sont pas gênés pour le montrer, tout comme ils ont pu faire preuve de solidarité au stade Bollaert une fois le Portugais parti. Et si cet esprit d'équipe affiché à Lens n'est pas qu'une réaction d'un jour, il y a moyen d'espérer. "Face au PSG, la clé, c'est l'attitude, confirme au Phocéen le technicien marseillais Bernard Rodriguez. Je peux me tromper, mais je sens qu'ils seront au rendez-vous sur ce plan, comme ils l'ont montré à Lens. Si le bloc arrive à trouver la bonne hauteur et qu'ils sont suffisamment agressifs à la récupération du ballon, ils peuvent les empêcher de déployer leur talent, car on a vu des équipes bien plus faibles que l'OM faire ch... Paris cette saison". On a même vu l'OM les faire dégoupiller au match aller avec, en plus, une leçon de réalisme offensif. De quoi leur donner des idées pour ce soir, dans un match où ils n'auront pas plus à perdre qu'au Parc des Princes.

"Nasser Larguet, qui me semble assez pragmatique, va certainement choisir de mettre les joueurs en confiance avec un 4-4-2"

Reste maintenant à trouver la bonne formule tactique. Celle qui leur permettra de faire douter les stars de Pochettino. Ces dernières années, l'OM a souvent choisi l'option du bus garé devant la cage de Mandanda. Parfois avec succès, comme lors du premier match de Rudi Garcia en 2016, mais souvent dans le vide. Du coup, le côté Old School d'un Nasser Larguet avec un 4-4-2 classique pourrait être un atout. "Contre Paris, il n'y a pas de système miracle, dans le sens où ils ont des joueurs offensifs qui ont les pieds pour tout ouvrir, explique Bernard Rodriguez. On a vu beaucoup d'équipes aligner des défenses à cinq face à eux et rentrer à la mi-temps avec trois buts dans la valise. Je ne dis pas que c'est idiot, car Paris joue avec deux pointes et qu'un système à trois axiaux peut être la bonne solution. Mais dans ce cas, on peut être sûr que l'OM ne jouerait pas à trois, mais à cinq avec les deux latéraux très bas, et là, avec le talent des milieux parisiens, on prendrait vite le bouillon dans ce secteur. Nasser Larguet, qui me semble assez pragmatique, va certainement choisir de mettre les joueurs en confiance avec un 4-4-2, qui est le système le plus simple à appliquer et qui est le plus rationnel pour bien occuper le terrain dans toute sa largeur. Avec deux lignes de quatre bien compactes, une bonne agressivité, on peut troubler des Parisiens qui jouent très haut. Il y aura de l'espace dans leur dos, donc en défendant bien dans notre moitié de terrain, il y aura toujours deux ou trois situations pour placer un contre avec la bonne passe en profondeur. Lorient a très bien su le faire dimanche dernier, alors pourquoi pas nous ?". En effet, dans un contexte où tout milite en faveur d'une énième raclée face au PSG, un retour aux fondamentaux pourrait inverser la tendance. Et inverser, du coup, le scénario d'une défaite annoncée. Nous, on y croit !