OM : Mandanda, Payet... que penser de ces prolongations longue durée ?

OM : Mandanda, Payet... que penser de ces prolongations longue durée ?

Le Phoceen TV

Mercatalk du 27/08, partie 1 : Mandanda, un bon coup de le prolonger jusqu'en 2024 ?

Publié le 28/08/2020 à 01:00

Après Dimitri Payet jusqu'en 2024, c'est au tour de Steve Mandanda de rempiler pour trois ans de plus.

Alors que les supporters sont suspendus aux rumeurs mercato de l'OM pour renforcer l'équipe en vue de la Champions League, les dirigeants olympiens semblent pour le moment avoir délaissé ce terrain afin de renforcer l'existant, à savoir les joueurs déjà présents dans l'effectif. Le coup d'envoi a été donné fin juin avec la spectaculaire et médiatique prolongation de Dimitri Payet, 33 ans, désormais "Olympien à vie" avec un contrat jusqu'à ses 37 ans. Un tour de passe-passe habile afin de lisser le salaire XXL de la star olympienne et soulager ainsi les bilans comptables annuels. Ce coup de tonnerre n'était pas tombé dans l'oreille d'un sourd, car Steve Mandanda s'était aussitôt déclaré candidat à la prolongation, ce qu'il a obtenu mercredi. Il Fenomeno sera donc lui aussi "Olympien à vie", et ce jusqu'à ses 39 ans. Mieux, on parle d'un CDI dans la foulée avec des aspirations au poste de directeur sportif, comme Payet d'ailleurs. Certains diront que les dirigeants avaient tout intérêt à garantir la présence de deux joueurs majeurs. D'autres diront qu'à défaut de consolider l'avenir, l'OM bétonne le passé. Les deux arguments sont audibles, même si tout n'est pas si binaire.

Les interrogations sur la prolongation XXL de Payet

En effet, concernant Payet, on a expliqué en long, en large et en travers les raisons de sa spectaculaire prolongation. Il y avait évidemment de son côté l'envie de s'implanter définitivement dans ce club et cette ville qu'il aime tant. Du côté des dirigeants, l'opération était certainement moins sentimentale, avec d'abord la priorité d'expliquer qu'il ne s'agissait pas d'un exercice de lissage, mais bien d'un sacrifice de sa part : "Il a fait des efforts considérables, expliquait Jacques-Henri Eyraud. Il a accepté que son salaire soit divisé par deux pour la saison 2020-2021, de le réduire de 30% pour la saison 2021-2022. Sur les deux années de plus qu’il va effectuer dans son contrat, il a accepté que son salaire de base soit réduit entre 40 et 60%. Et il a renoncé à ses primes de qualification pour les compétitions européennes". En fait, sur les 12 M€ qui lui restait à toucher jusqu'en juin 2022, il en touchera un peu plus de 13 jusqu'en 2024. Reste à savoir si l'OM gagne en performance sportive avec cette solution, mais ce n'est pas franchement le sujet.

Fallait-il aller aussi loin dans le temps pour Mandanda, sachant que les vérités d'une saison sont rarement celles des suivantes en football ?

On peut imaginer la même chose avec l'opération Mandanda, même si les données sont un peu différentes. En effet, il ne restait qu'une année de contrat au capitaine olympien. On peut donc considérer qu'au vu de son niveau actuel, le prolonger n'est pas une mauvaise idée. Évidemment, à 35 ans, on imaginait plus une année supplémentaire que trois, mais là encore, les dirigeants ont opté pour un lissage en douceur. Avec 549 matches sous le maillot Ciel-et-Blanc, Steve est un monument de l'OM et le relais privilégié de Villas-Boas sur le terrain. Deux arguments qui plaident en faveur de cette prolongation. Mais, fallait-il aller aussi loin dans le temps, sachant que les vérités d'une saison sont rarement celles des suivantes en football ? C'est la question que se pose un ancien dirigeant du club qui se confie au Phocéen. "Steve est déjà un personnage référent à l'OM depuis des années et il reste un élément majeur de l'équipe. Mais, lui comme Payet peuvent aussi devenir rapidement un problème en cas de baisses de performances ou de conflit avec leur coach ou leurs dirigeants. Tout va très vite en football et, si c'est le cas, comment vont-ils gérer ça avec autant d'années de contrat ? Et même après, sont-ils sûrs qu'ils auront envie de leur offrir une reconversion ? L'idée de lisser les salaires n'est pas mauvaise en soi, mais il faut en mesurer les conséquences". Nul doute que Pablo Longoria et Jacques-Henri Eyraud y ont pensé, et qu'il ne faut certainement pas trop focaliser sur la durée des contrats et l'âge des joueurs. Mais on est en droit de se poser la question...