OM : Longoria prend en main les fins de contrats 2021

L'OM compte plusieurs joueurs en fin de contrat en juin prochain, et Pablo Longoria semble avoir ciblé les priorités.

Publié le 27/08/2020 à 01:00

Avec Steve Mandanda, Yohann Pelé, Christopher Rocchia, Jordan Amavi, Saîf Khaoui, Maxime Lopez, Florian Chabrolle, Florian Thauvin, Valère Germain et Kostas Mitroglou, l'OM comptait dans ses rangs dix joueurs dont le contrat s'achèvera en juin de l'année prochaine. Sans compter le prêt de Leo Balerdi. Ils ne sont désormais plus que neuf, puisqu'on a appris la prolongation longue durée de Steve Mandanda (2024). L'un des premiers mouvements d'envergure de la part de Pablo Longoria, qui n'avait pas caché lors de sa présentation à la presse que ces dossiers faisaient partie de ses priorités : "On a un effectif où des joueurs sont en fin de contrat dans un an, expliquait le directeur sportif espagnol. On va aborder les questions contractuelles les prochains jours avec les joueurs". C'était il y a deux semaines et Longoria s'est occupé depuis de Mandanda, tout en enchaînant avec des discussions pour Thauvin et Amavi.

Des dossiers prioritaires, d'autres moins...

Trois initiatives judicieuses, nous y reviendrons. Ceci dit, même si compter autant d'éléments en fin de contrat n'est jamais une bonne chose pour un club, on s'aperçoit que les dossiers n'ont pas tous la même valeur ni les mêmes répercussions. Par exemple, on peut considérer que voir partir gratuitement certains d'entre eux l'année prochaine n'est pas vraiment une catastrophe, compte tenu de leur valeur potentielle sur le marché. On pense à un Yohann Pelé qui effectue une dernière pige à 37 ans, un Christopher Rocchia qui peut encore rapporter un peu d'argent en cas de transfert cet été et sur lequel André Villas-Boas ne compte pas vraiment, même chose pour Saïf Khaoui que l'OM n'avait pas payé bien cher en 2016 et qui peut faire l'objet d'un petit transfert cet été, et enfin pour Florian Chabrolle, dont la valeur est compliquée à définir puisqu'il n'a pas vraiment de références au plus haut niveau.

Du cas Thauvin au cas Mitroglou

Il y a ensuite les cas à part, on pense évidemment à Florian Thauvin, avec lequel l'OM marchait sur des oeufs. L'ailier international doit décider s'il termine son bail à l'OM afin de partir gratuitement l'été prochain, ou s'il écoutera une proposition de prolongation de l'OM, comme l'expliquait récemment le journaliste de l'AFP Manu Barranguet sur le plateau du Mercatalk. Là encore, Pablo Longoria n'a pas traîné puisqu'il aurait là aussi appuyé sur le bouton, selon RMC Sport, avec cet autre joueur majeur de l'effectif. Autres cas à part, mais à l'inverse, ceux de Valère Germain et Kostas Mitroglou. Si ce dernier est un échec total et ne partira cet été que si l'OM participe à un effort financier, Germain pourrait bien bénéficier encore d'un temps de jeu conséquent de la part de Villas-Boas qui l'apprécie. En revanche, il est difficile de l'imaginer parler prolongation avec les dirigeants.

Amavi dans la boucle, pas Lopez

Enfin, on pense à deux situations qui méritent de l'attention. Tout d'abord, celle de Jordan Amavi (26 ans), titulaire indiscutable et performant la saison dernière. Le joueur semblait être ouvert à une prolongation depuis un moment, et Longoria est sur la même longueur d'onde. On sait que ce dernier recherche un autre latéral gauche, mais l'OM se doit de posséder deux spécialistes dans ce secteur. Enfin, il reste le cas épineux de Maxime Lopez. Joyau de la formation marseillaise, le jeune milieu (22 ans) a perdu sa place de titulaire indiscutable la saison dernière, même s'il a beaucoup joué (27 matches TCC pour 1448 minutes de jeu). En revanche, sa situation est un casse-tête pour les dirigeants olympiens, partagés entre la possibilité de récupérer une somme correcte cet été avec un possible transfert en Espagne, ou de remettre au pot pour un élément de qualité susceptible de monter en prix s'il retrouve son niveau. Comme pour Thauvin, on peut considérer que la réponse n'appartient qu'à lui. Encore une fois, la tendance d'un départ tient la corde, mais on n'est pas à l'abri d'une surprise, tant les choses semblent s'accélérer...