OM : Longoria, architecte de la hype marseillaise

Depuis le début de la saison, l'OM épate les observateurs avec son jeu offensif et ses résultats. À l'origine de cet enthousiasme, le recrutement sur mesure de Pablo Longoria. Confirmation que son effectif tourne à plein régime ce soir à Angers ?

Publié le 22/09/2021 à 12:00

Deuxième avec 13 points et un match à rejouer, l'OM semble être pour le moment la seule équipe à pouvoir rivaliser avec le rouleau compresseur du Paris Saint-Germain. Mieux : la jeune troupe de Jorge Sampaoli propose un football pétillant bien plus enthousiasmant que le départ poussif des stars parisiennes. À l'origine de ce départ rêvé, il y a bien sûr le jeu à haut risque prôné par le sorcier argentin, en parfaite adéquation avec le talent et l'envie de ses disciples. Une alchimie qui transpire au travers des efforts déployés par les joueurs, et ce dans toutes les lignes. Il y a aussi le retour au stade des supporters olympiens, moteur indispensable à la marche en avant de l'équipe. Mais, au-dessus de tout cela, la genèse de l'histoire se trouve incontestablement dans le travail d'orfèvre de Pablo Longoria durant le mercato estival.

Des profils étudiés en fonction des demandes de Sampaoli, mais aussi et surtout, le parfait contraire de ce qu'il se faisait à l'OM depuis des années

Un travail qui a évidemment été souligné, sachant que l'OM ne disposait pas de moyens colossaux cet été, mais dont les fruits explosent aujourd'hui sur le terrain. Au départ, il y a d'abord une bonne nouvelle avec cette volonté de Frank McCourt de remettre la main à la poche, et ce dans des proportions non négligeables. En effet, alors que tout le monde annonçait des trous béants dans les finances de l'OM et un mercato à l'avenant, Le Phocéen révélait l'hiver dernier que le propriétaire américain allait de nouveau mettre au pot, et cela s'est vérifié. Au total, environ une cinquantaine de millions d'euros dépensés (selon les paiments échelonnés) pour Gerson, Luan Peres, De la Fuente, les transferts définitifs de Balerdi et Lirola, auxquels on peut ajouter celui de Milik, arrivé l'hiver dernier. À côté de ça, la machine à prêts a fonctionné aussi, avec ceux des Gunners Saliba et Guendouzi, de Pau Lopez, Cengiz Ünder ou encore Harit. Des profils étudiés en fonction des demandes de Sampaoli, mais aussi et surtout, le parfait contraire de ce qu'il se faisait à l'OM depuis des années.

L'Espagnol a livré tout au long de l'été une master class à ses prédécesseurs et au reste des recruteurs de Ligue 1

Quand les dirigeants précédents allaient au plus simple en allant chercher des "valeurs sures" sans prêter attention à l'âge, au profil, au prix des transferts et des salaires et aux perspectives de reventes, Longoria a fait tout le contraire. En gros, l'Espagnol a livré tout au long de l'été une master class à ses prédécesseurs et au reste des recruteurs de Ligue 1. Une leçon de compétence et de modernisme, basée sur des années de scouting en Europe et dans le monde entier. Alors que le duo Guendouzi-Saliba était considéré comme trop tendre pour Arsenal, Longoria connaissait le profil exact des deux garçons et savait qu'ils pouvaient exploser à Marseille sous les ordres de l'Argentin. Même chose pour Lirola et encore plus Ünder, en échec relatif en Italie mais taillés pour les couloirs de Sampaoli, tout comme la trouvaille De la Fuente. Le constat est identique pour un Harit qu'il fallait sortir du marasme de Schalke 04, d'autant que ça ne coûtait pas grand-chose d'essayer. Enfin, Gerson et Luan Peres étaient parmi les meilleurs à leur poste au Brésil et parfaitement identifiés par Sampaoli.

Aucune faute de goût avec des contrats et des prêts parfaitement ficelés sur des éléments jeunes avec un potentiel de revente évident

Evidemment, il est facile de tirer ce constat une fois que la mayonnaise a pris, mais il est surtout évident de noter la justesse de ces choix à tous les niveaux. Il y a certes une prise de risque avec le tarif élevé de Gerson (entre 18 et 25 M€ selon les sources), mais le pari est presque gagné avec son appel récent (et sa place de titulaire) chez les A brésiliens. Pour le reste, aucune faute de goût avec des contrats et des prêts parfaitement ficelés sur des éléments jeunes avec un potentiel de revente évident. Surtout, on s'aperçoit que la totalité des recrues s'avère déjà opérationnelle et s'intègre parfaitement dans la rotation de Sampaoli. On peut enfin ajouter à cela l'éclosion bonus d'un Bamba Dieng, entraîné dans la dynamique d'une équipe jeune aux dents acérées. Pour tout cela, et même si on ne sait pas ce que l'avenir nous réserve, on se doit d'apprécier à sa juste valeur la performance estivale de Pablo Longoria, principal architecte de cette hype marseillaise qui a tout pour durer.