OM : le système de Sampaoli commence à s'éclaircir

Les matchs amicaux de l'OM cet l'été prouvent que le technicien argentin a des idées bien arrêtées sur le schéma défensif avec lequel l'équipe débutera le championnat. Reste maintenant à bien le digérer.

Publié le 30/07/2021 à 01:00

Petit à petit, les choses se mettent en place dans le système de Jorge Sampaoli à l'OM. Un constat qui n'avait rien d'évident lors des premiers matchs de préparation, alors que les défenseurs olympiens enchaînaient les sueurs froides sur les attaques adverses. Pas de quoi encaisser des buts à la pelle, puisque cela n'a pas été le cas, mais l'on sentait quand même une vraie fébrilité dans le dos de la ligne de trois axiaux dès que l'adversaire trouvait la passe ajustée dans la profondeur. Il faut dire que l'Argentin n'a pas mis en place un simple schéma à trois défenseurs avec deux pistons plus haut, système maîtrisé par tous les défenseurs aujourd'hui. Sampaoli demande en fait une organisation défensive hybride, avec des tâches bien précises pour ses milieux de terrain en terme de compensations.

"Il faut être très intelligent pour le maîtriser. Si tu prends un attaquant comme Mbappé en face, tu peux prendre la foudre"

Pour faire simple, d'après ce que l'on voit depuis le début des matches amicaux, l'OM présente au coup d'envoi une ligne de trois axiaux qui se déforme sans cesse en fonction de l'endroit où se trouve le ballon. C'est assez simple à gauche où l'axial (Jordan Amavi) occupe la plupart du temps une position de latéral. En revanche, c'est plus compliqué à droite, puisque c'est au milieu dans cette zone (Rongier, Kamara) de jouer ce rôle lorsque l'adversaire a le ballon. En fait, si le schéma à trois axiaux implique traditionnellement une défense à cinq en cas d'attaque adverse, celui de Sampaoli demande de coulisser au bon moment pour obtenir généralement une ligne de quatre. Des automatismes qui demandent plus que de simples qualités de footballeur. "Ce n'est pas facile et, personnellement, je n'étais pas un adepte lorsque je jouais, se souvient pour Le Phocéen l'ancien défenseur olympien Johnny Ecker. J'y suis passé, et c'est très compliqué, parce qu'on laisse énormément d'espace entre les défenseurs. Il faut être très intelligent pour le maîtriser. Les joueurs de côtés doivent faire beaucoup d'efforts pour se replacer rapidement, et si tu prends un attaquant comme Mbappé en face, tu peux prendre la foudre. Il faut donc le travailler très sérieusement".

"William Saliba peut stabiliser l'ensemble au niveau de la couverture et amener de la sérénité dans ce schéma à haut risque"

C'est ce que font depuis près d'un mois les défenseurs olympiens afin d'être prêts pour la reprise de la Ligue 1, qui n'aura évidemment rien à voir avec les oppositions de préparation. Un travail d'autant plus nécessaire que la ligne défensive de l'OM accueille des nouveaux cet été, avec Luan Peres et William Saliba. L'arrivée de ce dernier a d'ailleurs de quoi nous rassurer, lui que l'on a vu parfaitement à son aise à durant 90 minutes dans ce système lors de la victoire de l'OM face à Saint-Etienne. "J'ai apprécié sa prestation et j'apprécie le joueur en général, confirme Johnny Ecker. Il a tout, gabarit, technique, sérénité dans les duels, jeu de tête... Je le vois très bien derrière avec Alvaro et Luan Peres, qui sont deux guerriers. Il peut stabiliser l'ensemble au niveau de la couverture et amener de la sérénité dans ce schéma à haut risque". Au vu de son match face aux Verts, c'est une tendance qui devrait se confirmer rapidement.