OM : l'heure de Cuisance a sonné

Le milieu de terrain prêté par le Bayern a du mal à faire son trou depuis son arrivée à l'OM.

Publié le 20/01/2021 à 12:00

L'arrivée en prêt de Michaël Cuisance à l'OM en fin de mercato avait soulevé une grande vague d'enthousiasme chez les supporters et suiveurs du club olympien. Il faut dire que le champion d'Europe avec le Bayern Munich était attendu depuis longtemps, et qu'on se réjouissait de voir enfin l'OM miser sur de jeunes espoirs. D'ailleurs, sa première au Vélodrome face à Bordeaux (3-1) avait été à la hauteur des attentes avec un match plein de la part de l'international U20 qui avait démontré ce que l'on pressentait déjà : une classe affirmée balle au pied et une très belle qualité de passe dans les intervalles ou dans la profondeur. De quoi s'installer durablement dans une vraie concurrence avec le duo de relayeurs titulaire Sanson-Rongier, voire en numéro 10, un poste semblant taillé pour lui. À tel point que l'ensemble des observateurs, nous compris, voyait Cuisance s'installer durablement dans le onze-type de Villas-Boas.

En dehors de quelques fulgurances, Michaël Cuisance n'a jamais apporté ce plus que l'on attend d'un joueur de cette qualité, notamment sur le plan offensif

Une place de titulaire qu'il va conserver sur plusieurs matches, que ce soit en Ligue 1 (8 matches sur 12 possibles), mais aussi en Champions League (2 matches sur 6). Cependant, au fil des rencontres, le natif de Strasbourg est rentré dans le rang. En dehors de quelques fulgurances, Michaël Cuisance n'a jamais apporté ce plus que l'on attend d'un joueur de cette qualité, notamment sur le plan offensif (une seule passe décisive face à Nantes), ce qui a fait dire à André Villas-Boas qu'il n'était finalement pas un numéro 10. Son profil correspond plus à un poste de relayeur, mais là aussi, il peine à s'imposer, d'autant qu'il fait face à la montée en puissance d'un Pape Gueye que l'on n'attendait pas aussi tôt à un tel niveau. Résultat, Cuisance obtient tout de même du temps de jeu, mais n'en profite pas pour s'imposer de manière incontestable. Une situation qui pourrait évoluer rapidement si Morgan Sanson file cet hiver vers la Premier League.

On imagine que Pape Gueye prendra la place de numéro 6 et que Cuisance peut décrocher la sienne au détriment d'un Sanson sur le départ

En effet, même si l'ex-Montpelliérain figure dans le groupe pour la réception de Lens ce mercredi, on se dit que Villas-Boas pourrait profiter de ce match pour mettre Michaël Cuisance devant ses responsabilités. Un départ de Sanson irait dans ce sens (tout comme celui de Strootman), libérerait ainsi une place de relayeur, mais il y a aussi le forfait de Bouba Kamara. Si AVB reste en 4-3-3, on imagine que Pape Gueye prendra la place de numéro 6 et que Cuisance peut décrocher la sienne au détriment d'un Sanson sur le départ. L'occasion de confirmer enfin des qualités que personne ne lui conteste, mais qui restent au rayon des promesses depuis deux saisons. C'est ce qui a d'ailleurs poussé le Bayern l'été dernier à le prêter après un an et demi passé comme remplaçant, incapable de reproduire les performances qui l'avaient révélé lors de sa seule saison pleine avec Monchengladbach (2017-2018). Évidemment, on se doit de rappeler que Michaël n'a que 21 ans, l'âge auquel beaucoup débutent à peine au très haut niveau. Mais son statut et ses qualités nous poussent à en demander plus, et le match de ce soir face à Lens représente une belle occasion pour lui de les étaler enfin au grand jour.