OM : l'arrivée de Lirola sonne-t-elle la fin du système actuel ?

En récupérant son latéral droit espagnol Pol Lirola, Jorge Sampaoli peut-il modifier son système hybride en 3-2-4-1 ? Tout porte à le croire.

Publié le 24/08/2021 à 01:00

Depuis le début de la saison, et même des matchs amicaux qui l'ont précédée, on parle du "système Sampaoli". Et pour cause, puisque l'Argentin nous fait phosphorer depuis des semaines afin de mettre un nom, ou plutôt des chiffres, sur son organisation. Un schéma hybride à trois centraux, sans véritables latéraux, qui se déforme en une ligne de quatre à la perte du ballon où vient s'inclure Bouba Kamara depuis son poste de milieu. On pourrait se dire "pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?", mais à la décharge de l'Argentin, l'OM crée du jeu dans cette configuration. De plus, il n'a échappé à personne que Sampaoli ne possède pas de latéral droit dans son effectif depuis la reprise, et qu'il fait un peu avec les moyens du bord. Cette inspiration du Pelado fait donc beaucoup parler, même si Kovac fait un peu la même chose à Monaco de manière moins médiatisée. Mais si elle met en valeur le côté offensif de l'équipe, elle lui vaut aussi d'encaisser trop de buts. Heureusement, avec le retour de Pol Lirola à l'OM, les choses devraient changer. Et pas qu'un peu...

Sampaoli pourrait poursuivre avec une défense à trois axiaux, mais modifier le reste en plaçant Lirola à droite et Amavi à gauche

Évidemment, avec le retour de l'Espagnol, on pourrait imaginer ce dernier remplaçant poste pour poste Kamara (ou Gueye) et voir l'OM poursuivre dans ce schéma. Pourquoi pas ? Mais de nombreux éléments nous poussent à penser que Sampaoli va repenser son architecture. Déjà parce que Lirola est un véritable piston droit, mais aussi parce l'OM possède aussi un piston gauche. En effet, même s'il ne joue pas depuis le début de la saison, Jordan Amavi est le seul véritable latéral gauche de l'effectif, et l'un des plus performants en Ligue 1. Si Sampaoli l'a sacrifié jusque-là au bénéfice de Luan Peres dans sa défense à trois, on ne voit pas trop ce qui pourrait l'empêcher de faire de nouveau appel à lui, et cette fois-ci dans son vrai rôle. Celui pour lequel l'OM l'a fait prolonger cet été jusqu'en 2024 à un salaire important. Du coup, l'Argentin pourrait poursuivre avec une défense à trois axiaux, mais modifier le reste en plaçant Lirola à droite et Amavi à gauche. Des modifications qui semblent logiques, mais qui ne sont pas sans provoquer des décisions difficiles avec la mise sur le banc de joueurs importants.

La présence de ces deux pistons sonnerait la mise sur le banc d'un des milieux actuels, voire des deux ailiers si Sampaoli reste à trois derrière

En effet, la présence de ces deux vrais pistons sonnerait déjà la mise sur le banc d'un des milieux actuels, mais remettrait aussi en cause la présence des ailiers que sont Ünder, De la Fuente ou Luis Henrique, au moins en début de match. "On risque effectivement d'assister à une remise en cause du système, car Lirola est un vrai couloir droit, et Amavi un vrai couloir gauche, explique le technicien marseillais Bernard Rodriguez. Pour moi, leur présence au coup d'envoi coule de source. Pour le reste, on peut imaginer deux numéros 6, Gerson, et un duo Milik/Payet. Avec cela, il y aurait des variantes avec un Payet plus bas et un des ailiers en attaque. Mais effectivement, la présence de ces derniers est remise en cause si Sampaoli reste à trois derrière". Quand on connait l'appétit de l'Argentin pour les ailiers, on peut aussi l'imaginer changer carrément son fusil d'épaule avec un 4-4-2 ou un 4-2-3-1 qui leur offrirait toute leur place. Mais là encore, d'autres se retrouveraient sur le banc. Dans un sens ou dans l'autre, il y aura de toute façon des déçus, mais c'est le propre d'un effectif fourni en qualité et en quantité, et on ne va pas s'en plaindre...

En savoir plus

Dossier