OM-Brest et la blessure du "King" en 1990

La rubrique Histoire OM avant OM-Brest, sous la plume et les souvenirs de Fernand Bonaguidi.

Publié le 04/12/2021 à 14:03
OM-Brest et la blessure du "King" en 1990

Le Stade brestois a été fondé en 1950 à la suite de la fusion de cinq patronages locaux, dont l'Armoricaine de Brest.
 Dans les années 50, le club fait partie des meilleures équipes de CFA, alors le troisième échelon du football français. 
Il intègre la deuxième division en 1970. 
Le premier OM - Brest a lieu en seizièmes de finale de Coupe de France, au Havre, le Dimanche 20 Février 1972. 
L'OM gagnera le premier doublé de son histoire cette année-là, mais rien ne fut facile contre les Brestois qui jouaient en D2.
 Delorme égalisera à un quart d'heure de la fin répondant à un but de Jo Bonnel, heureusement Josip Skoblar nous sortira de ce mauvais pas en marquant le but vainqueur à cinq minutes de la fin... Ouf !
 Une grosse équipe marseillaise avec les Carnus, Bosquier, Novi, Bonnel, Magnusson, Skoblar...


Brest découvrira enfin la première division en 1979.
 Son premier match se jouera au Vélodrome et l'OM l'emportera 3-0, une équipe Olympienne qui descendra avec un effectif comprenant Tresor, Six, Berdoll... 
L'année 1986 est un tournant dans la vie du club. Les Bretons s'engagent à partir de cette saison dans la voie du "football-business" en recrutant des stars sud-américaines. Corentin Martins, Bernard Lama, David Ginola, le Paraguayen Roberto Cabanas ou le futur champion du monde Stéphane Guivarc'h permettent au club de bien figurer dans l'élite. 

Lors de la saison 1990/91, drame au Vélodrome, car malgré la victoire 3 à 1, Eric Cantona est gravement blessé.
 Éric était alors au sommet de son art.

Ce fut peut-être la rencontre de l'Histoire de l'OM qui aurait pu tout changer, de quoi nous donner l'idée de transformer la suite des années Tapie en une fiction.... Cet après-midi-là, tandis que le gardien Brestois est un certain Bernard Lama, Cantona avait ouvert la marque d'un coup de tête sous les yeux d'un Franz Beckenbauer rayonnant, qui enfin, assistait à un match digne de la réputation de son équipe.
 Mais, juste avant la mi-temps, le milieu camerounais Racine Kane allait tacler violemment par-derrière Éric, celui-ci s'écroule sur la pelouse, tordu de douleur. 
Diagnostic... Rupture des ligaments croisés du genou droit.
 Après cette victoire, avec Stojkovic, Vercruysse et Abedi Pelé indisponibles un bon moment pour cause de blessure, le Kaiser venait de perdre un de ses créateurs, et l'éclat de la victoire 3-1 eut vite fait de se ternir.

 Franz sera mis de coté et nommé directeur Sportif par Bernard Tapie et remplacé par Raymond le science après deux défaites à Nancy et à Lodz en Pologne, plus un lourd revers à Auxerre 4 à 0.

91OMBrest2.jpg (41 KB)

Et Raymond ne fera pas jouer Eric rétabli lors de la finale de Bari perdue aux tirs au but. Histoire Fiction : 
si Eric n'avait pas eu cette blessure, Franz Beckenbauer n'aurait certainement pas été mis de coté et remplacé par Raymond Goethals.
 L'OM aurait peut-être remporté la Coupe d'Europe à Bari, avec des buts de Canto et JPP. 
Les Olympiens auraient enchaîné des victoires européennes, Eric aurait été ballon d'or en 92 et 93 après JPP en 91, et il serait devenu le Roi de Marseille, sa ville natale, à la place d'être le King de Manchester.... Valenciennes – OM n'aurait jamais existé, et le regretté Bernard Tapie serait resté très longtemps à son poste de président du club marseillais. On peut toujours rêver!