OM : Benedetto, stop ou encore ?

L'attaquant argentin de l'OM ne met plus un pied devant l'autre. Le temps pour lui d'aller faire un tour sur le banc ?

Publié le 23/10/2020 à 12:00

Il y a un an, à la même époque, personne n'aurait songé une seule seconde à envoyer Dario Benedetto faire un tour sur le banc de touche. Il faut dire que Pipa avait déjà claqué cinq buts tous très importants, dont un retentissant doublé à Monaco, et que tout le monde était d'accord pour dire que l'OM avait enfin trouvé un buteur digne de son rang. Et puis, les mois ont passé, et l'Argentin a perdu progressivement de sa verve, sans pour autant avoir du souci à se faire pour sa place. Sur le plan individuel, ses douleurs récurrentes au tendon l'ont émoussé, de même que l'expression collective d'un OM auteur d'une deuxième partie de championnat moins saignante. Mais, avec onze buts pour sa première saison en Ligue 1, Pipa Benedetto restait l'avant-centre qu'il fallait à l'équipe de Villas-Boas. L'est-il toujours aujourd'hui ? Au vu de son début de saison (0 but, 0 passe décisive), on est en droit d'en douter.

Abriel : "Pour moi, le signal d'alerte vient plutôt du manque d'animation collective autour de lui que de ses propres performances"

En fait, la situation actuelle de Dario Benedetto ressemble à l'éternel débat sur l'oeuf et la poule, dans le sens où certains jugent son niveau consternant, alors que d'autres estiment que n'importe quel attaquant se retrouverait dans les mêmes difficultés au sein de l'OM actuel. C'est le cas de l'ancien milieu de terrain olympien Fabrice Abriel, interrogé par Le Phocéen : "Pour moi, Benedetto souffre d'abord du manque d'inspiration offensive des joueurs autour de lui. Les attaques ne sont pas coordonnées, comme on l'a vu face à l'Olympiakos. J'entends qu'il soit moins bien physiquement, mais je le vois faire beaucoup de courses, beaucoup d'appels. Pour moi, il a juste perdu la confiance du buteur, et je pense qu'il doit être soutenu, sur le terrain comme en dehors. Je me souviens qu'on avait fait pareil à l'époque avec Lucho, qui avait lui aussi connu un passage à vide. Ils doivent continuer à l'alimenter, à jouer pour lui. Évidemment, AVB peut tenter un coup de poker en relançant Germain, par exemple, mais personnellement, j'insisterais avec Benedetto. Pour moi, le signal d'alerte vient plutôt du manque d'animation collective autour de lui que de ses propres performances".

Pour d'autres, Pipa donne l'impression de baisser les bras

Un point de vue qui se défend et qui semble même très proche de la réalité. Après, on peut aussi écouter ceux qui militent pour un passage sur le banc pour Pipa. C'est le cas, entre autres, de La Provence dans son édition de vendredi pour qui "Benedetto, ça suffit". Un jugement radical, mais qui s'appuie sur les huit mois traversés par l'Argentin sans marquer, ce qui est un vrai argument. Le quotidien régional explique que Pipa donne l'impression de baisser les bras et estime qu'un Marley Aké ou un Luis Henrique ne feraient pas pire. Ce n'est pas faux, même s'il est difficile d'imaginer un OM réduit à démarrer ses matches avec un rookie en pointe dont ce n'est même pas la position de prédilection. Autant de questions qui font débat, et dont on obtiendra un début de réponse samedi à Lorient.