Nantes 0-1 OM : Sampaoli a-t-il changé son regard sur la Ligue 1 ?

Critiqué ces derniers temps pour certains de ses choix, le coach argentin de l'OM continue de marquer des points et a trouvé à Nantes la formule qu'il fallait. A-t-il convaincu les septiques concernant ses choix de jeu notamment pour la Ligue 1 ? A la fin de l'article, donnez votre avis.

Publié le 02/12/2021 à 15:00

Quand ça ne va pas, il faut le dire et personne ne s'en est privé ces dernières semaines, lorsque les Olympiens alignaient des performances sans saveur. Animation offensive aux abonnés absents, compositions étonnantes, schémas inadaptés... tout y est passé. Mais ce que l'on voyait aussi, c'est que cette équipe de Jorge Sampaoli continuait de prendre des points, ou du moins n'en perdait pas beaucoup. Jusqu'à ce triste OM-Troyes (1-0) dimanche dernier qui a réalimenté le compteur et replacé les Marseillais dans une position de chasseur idéale, en dépit d'une performance très discutable. Et puis, vint cette victoire de l'OM à Nantes hier mercredi, toujours sur un score étriqué (0-1), mais cette fois-ci indiscutable sur le plan du jeu.

"Il a changé son fusil d'épaule tout en laissant la part belle aux talents de l'équipe. J'apprécie cette évolution dans sa réflexion"

En une soirée, Sampaoli est redevenu le sorcier qui a bousculé la Ligue 1 en début de saison. Celui qui fait briller et avancer l'OM comme on le souhaite, même si les outils utilisés ne sont plus tout à fait les mêmes. "Je le dis depuis plusieurs semaines, et il nous l'a confirmé hier à Nantes, explique le technicien marseillais Bernard Rodriguez. Sampaoli est devenu pragmatique et s'est parfaitement adapté à la Ligue 1. En alignant des compos et des schémas plus cohérents, il a changé son fusil d'épaule tout en laissant la part belle aux talents de l'équipe. C'est ce qu'on a vu à Nantes avec un Payet qui n'est jamais aussi bon que dans cette position libre, mais aussi un Gerson qui a montré qu'il pouvait être un numéro 10 de grand talent avec la liberté offensive. Et quand derrière, ça suit avec les Kamara, Guendouzi ou Rongier, il n'y a pas de raison de douter. J'apprécie cette évolution dans sa réflexion".

"On en a fait un OVNI parce qu'il ne ressemble pas aux autres, mais on remarque aujourd'hui qu'il sait combien la Ligue 1 est exigeante et compliquée"

Il faut dire qu'avec son style et son caractère uniques dans notre championnat, on pouvait douter de sa capacité à changer de direction, lui qui ne s'attarde jamais longtemps dans les clubs où il passe. Mais il faut se méfier des premières impressions et la lecture des ses dernières déclarations suffit à démontrer son implication totale dans le projet collectif d'un OM qu'il veut élever au plus haut. C'était encore le cas hier soir après le match : "Cela me remplit de joie de revoir cette version de l'OM. C'est la version qu'on aime, c'est la version que l'on construit, celle que l'on souhaite voir. On a défendu tout le temps avec le ballon, c'est ce qu'on recherchait face au jeu de transitions rapides de Nantes. Il faut continuer à grandir, à progresser. Il faut continuer à jouer dans ce championnat très difficile". Une dernière phrase qui résume tout, avec un coach que l'on positionnait au-dessus des considérations matérielles d'un championnat que l'on a tendance à dénigrer, mais dont il a mesuré la difficulté. "On en a fait un OVNI parce qu'il ne ressemble pas aux autres, explique au Phocéen l'analyste vidéo et ancien défenseur niçois Nicolas Baudoin, mais on remarque aujourd'hui qu'il sait combien la Ligue 1 est exigeante et compliquée. On la dénigre par habitude, mais les coachs étrangers n'ont de cesse de souligner sa difficulté. On devrait les écouter, car ils sont les mieux placés pour juger". Pas faux et Sampaoli l'a compris, lui qui compte bien continuer sa route jusqu'à un podium qui nous tend désormais les bras.