McCourt : "Un groupe d’intérêts privés, puissant et fortuné, peut truquer le système"

Frank McCourt revient sur ses propos au sujet de la Super League. Le président de l'OM n'est pas tendre avec les clubs fondateurs de cette nouvelle ligue, qui finalement ne verra pas le jour.

Publié le 28/04/2021 à 08:34

La Super League, projet de 12 des clubs les plus riches du monde, n'a finalement pas vu le jour, face aux réactions unanimes du monde du football. Alors que l'OM aurait pu être concerné par la Super League, Frank McCourt avait communiqué après le début de l'effondrement : "Ce n'est pas le moment de briser ce modèle. C'est le moment de le transformer tout en restant fidèle aux valeurs fondamentales de la culture du football européen. Nous tous, à l'Olympique de Marseille, nous nous opposons fermement aux propositions formulées par quelques clubs pour créer une Super Ligue européenne".

Une position détaillée par le patron de l'OM dans une tribune du journal Le Monde : "Ce que montre ce projet ne concerne pas seulement le football. Il s’agit du capitalisme et de la démocratie. La question posée est de savoir si nous nous dressons contre les tentatives de concentration de la richesse et du pouvoir. Cette question est d’une importance cruciale, car si le tollé contre cette tentative de coup d’Etat dans le football a été immédiat et bénéfique, nous avons déjà assisté, dans un autre secteur, à la manière dont un groupe d’intérêts privés, puissant et fortuné, peut truquer le système pour le soumettre à son bon vouloir, sans opposition".