Lyon-OM : les précisions du préfet

La réaction de Pascal Mailhos, préfet du Rhône, après les incidents du Groupama Stadium.

Publié le 22/11/2021 à 18:43

Hier soir, dans un communiqué, la Ligue a pointé du doigt la responsabilité de la Préfecture de la région Auvergne-Rhône-Alpes et du Rhône concernant la reprise de la rencontre. Invité de BFM Lyon dans la soirée, le préfet du Rhône, Pascal Mailhos, a tenu à livrer sa version des faits concernant le déroulement des faits en coulisses.

Le préfet du Rhône précise tout d'abord qu'il n'a pas fait pression pour reprendre la rencontre : "Bien sûr que non je n'ai pas fait pression pour reprendre le match, d’abord parce que cette responsabilité ne me revient pas. L’arbitre interrompt la rencontre et convoque une réunion à autour de laquelle se trouvent les deux présidents, la Ligue, l'arbitre, le vice-procureur, le DDSP et moi. Je rappelle que l'article 549 du code prévoit très clairement que la décision de maintenir et de suspendre le match est de la responsabilité unique de l'arbitre. C’est dit dès le début de la réunion par le responsable de la Ligue. Nous examinons pendant cette première réunion les avantages et les inconvénients. Il est évident que, puisque la décision est prise après avis des autorités locales, nous donnons notre avis, le DDSP, le vice-procureur et moi. Si donner mon avis c’est faire pression, pourquoi demander mon avis Je donne mon avis sur les deux hypothèses, j’évalue les avantages et les inconvénients".

Pascal Mailhos réagit ensuite à la deuxième réunion décidée par l'arbitre lui-même : "Une deuxième réunion se tient à la demande de l’arbitre, dans son vestiaire. Il nous annonce qu’il ne reprendra pas le match nous lui faisons valoir la volte-face que cela représente. Nous en prenons acte". 

Le préfet indique enfin qu’il n’a pas constaté de pression pour la reprise ou non de la rencontre que ce soit de la part des présidents de clubs, à savoir Jean-Michel Aulas et Pablo Longoria, ou bien de la Ligue et de son président Vincent Labrune.