Lyon-OM : heureusement que le ridicule ne tue pas...

Retour sur le match Lyon-OM, arrêté au bout de quelques minutes mais dont le sort a eu bien du mal à être scellé...

Publié le 22/11/2021 à 01:00

Après deux semaines sans OM, on attendait ce Lyon-Marseille avec impatience. Mais, comme trop souvent cette saison, c'est l'extra-sportif qui a fait parler de lui. Après Valentin Rongier à Montpellier, Dimitri Payet et d'autres à Nice, c'est à nouveau le meneur de jeu de l'OM qui a été pris pour cible en allant tirer un corner en tout début de match. Ensuite, ce fut une nouvelle mascarade de football...

Dimitri Payet encore pris pour cible

Dimitri Payet a donc reçu une nouvelle bouteille d'eau dans la tête, alors qu'il allait tirer son corner. Encore une idée brillante venue d'un virage de foot. Triste. Inacceptable, bien sûr. A la suite de quoi M. Buquet, l'arbitre de la rencontre, renvoie tout le monde au vestiaire. Mais, alors que l'on attend que l'arrêt du match soit officialisé, le speaker du stade, presque une heure après les faits, explique que la partie va reprendre. Dans les couloirs, c'est un peu la pagaille, en témoignent des images d'Alvaro ou Guendouzi passablement énervés. Entre temps, la LFP avait sorti un communiqué, qui ne stipulait aucune décision pour le devenir du match du soir. Il a fallu attendre encore pour que le match soit réellement stoppé. L'arbitre de la rencontre raconte une fois ces événements passés sur Prime Vidéo : "On aurait aimé que ça se passe autrement. La décision sportive a toujours été de ne pas reprendre le match mais il a été évoqué des possibles troubles à l'ordre public. Je maintiens que ma décision était d'arrêter la rencontre, pour des raisons sportives évidentes." Mais alors, pourquoi avoir attendu tout ce temps pour prendre une décision qui paraissait, justement, si évidente ?

Quand Aulas enfile les habits de Jean-Pierre Rivère

Et si le vrai coupable était la préfecture, qui craignait des débordements en annulant le match ? Pablo Longoria, de son côté, a insisté sur l'aspect sportif : "C'était la position du club de laisser l'arbitre prendre une décision. On a demandé de constater l'état psychologique de nos joueurs. Sa décision est sportive, elle était d'arrêter le match. Dimitri est touché psychologiquement, ce n'est pas normal, on a toujours condamné tout type de violence. Personne qui n'aime le foot ne peut être content ce soir. Payet est très touché, des glaçons sur la tête, ce n’est pas agréable de voir ça de mes joueurs." Il n'y a bien que Jean-Michel Aulas, tel un Jean-Pierre Rivère bis, pour défendre maladroitement sa paroisse : "Les services de sécurité de l'OL sont intervenus, c'est un individu seul. Mr Buquet avait décidé la reprise du match. Quand il est revenu l'annoncer aux joueurs, aux capitaines, il y a eu une réaction violente de l'OM que je ne comprenais pas. Le médecin de Marseille m'a confirmé qu'il y avait plus de peur que de mal pour Payet, on lui présente nos excuses. Mr Buquet a demandé à revoir le Préfet après les réactions marseillaises, c'est une décision incompréhensible. A-t-il raison ou tort ? Ce n'est pas à nous de juger, on pense que le match pouvait reprendre sans problème." Pas sûr que le match pouvait reprendre sans problème, non. Et pas sûr non plus que le football sorte vainqueur de cette nouvelle soirée déplorable...