Le tweet de Pierre Ménès qui fait parler

Publié le 19/06/2017 à 16:05
Le tweet de Pierre Ménès qui fait parler

La gestion des cas William Vainqueur et Bafétimbi Gomis fait parler. Les deux éléments prêtés à l'OM la saison dernière ont de grandes chances de ne pas être conservés. En cause, le montant élevé de leurs salaires dans leurs clubs d'origine (420000 euros bruts pour Vainqueur à la Roma, par exemple).

Il y a quelques jours, nous vous proposions sur Le Phocéen un édito dans lequel nous tentions d'expliquer pourquoi l'OM ne veut pas s'aligner sur leurs émoluments : "En fin d'exercice, ils ont tout deux multiplié les déclarations d'amour en direction de l'Olympique de Marseille, donnant presque l'impression de revenir deux ans en arrière, lorsque Gignac, André Ayew, Fanni et Morel s'apprêtaient à quitter le club en fin de contrat. Le milieu de terrain ghanéen avait notamment tout fait pour se mettre le public dans la poche, de tours d'honneur en bisous sur l'écusson. Du coup, le courroux s'était dirigé exclusivement contre la direction phocéenne.

Cette saison, Bafétimbi Gomis a utilisé la même méthode. Mais la direction est épargnée. C'est que les situations contractuelles ne sont pas les mêmes, déjà, mais l'état-major a su faire passer un message rapidement concernant les deux joueurs : il est hors de question de s'aligner sur les salaires que les deux éléments peuvent avoir à l'étranger. Si Gomis et Vainqueur aiment vraiment l'OM, ils vont devoir faire un effort salarial, un peu comme Thauvin la saison dernière. Certains ne peuvent s'empêcher de constater que la situation du club n'est plus la même. Et que laisser passer un joueur à 20 buts en Ligue 1 pour quelques millions d'euros juste pour une histoire de principe est dommage. Le trio Eyraud-Zubizarreta-Garcia ne sort pas de sa réserve. Mais a diffusé un message clair : personne ne doit être au-dessus du club.

Ca n'empêche pas pour autant des investissements massifs et de larges salaires, comme celui de Payet, signé en janvier dernier. Mais, il ne faut pas tout confondre. Il y a d'un côté les stars et de l'autre côté les joueurs de la rotation de l'effectif. C'est en contrôlant la masse salariale du deuxième groupe que l'on peut s'offrir des pointures dans le premier, comme en NBA. Il va de soi que le modèle américain retient toute l'attention de la nouvelle organisation." (édito complet à retrouver dans le dossier ci-dessous)

Un point de vue que ne semble pas partager Pierre Ménès, qui s'est fendu d'un tweet au sujet de ces deux joueurs. Le journaliste de Canal+ n'est pas avare de sorties sur le dossier Gomis ces derniers temps, comme lors de son passage dans l'émission Le Petit Débrief (avec la fameuse expression des "20 cageots"). Et vous, qu'en pensez-vous ?