L'énigme Radonjic

Plus d'un an après son arrivée à l'OM, on ne sait toujours pas quoi penser du jeune Serbe.

Publié le 29/09/2019 à 15:00
L'énigme Radonjic

Il avait le profil type du transfert qu'espéraient les supporters en début de saison dernière. Jeune, méconnu mais déjà côté par les adeptes du "scouting", dribbleur, rapide et titulaire à l'Étoile Rouge de Belgrade. Mieux, à 22 ans, Nemanja Radonjic comptait déjà plusieurs sélections avec la mythique équipe nationale de Serbie, grande pourvoyeuse de talents des grands clubs européens. Soyons honnêtes : ce transfert avait tout pour plaire et il nous a plu. L'usage du passé composé est malheureusement de mise aujourd'hui, car plus d'un an plus tard, on cherche toujours l'éclat de la pépite, du diamant brut à polir. On cherche, on ponce, on creuse, mais rien ne sort pour l'instant. Près de trente matches sous le maillot olympien, pour zéro but et une pauvre passe décisive en Europa League que l'on n'a même pas envie de comptabiliser. À 12 M€ la pépite, on vous laisse deviner là où ça fait mal.

Le pire, c'est que l'on n'arrive pas à désespérer totalement. Difficile de dire pourquoi, mais à l'inverse d'un Njie ou d'un Mitroglou, on se surprend encore à espérer un déclic, une révélation. On imagine un scénario idéal : un match couperet, un clasico, des attaquants qui butent sur une défense hermétique et soudain, Radonjic entre en jeu. Dès sa première prise de balle, le Serbe enrhume son vis-à-vis sur l'aile gauche, déclenche une accélération électrique, couche Thiago Silva et Marquinhos à l'entrée de la surface et exécute Navas d'on ne sait quel pied, puisqu'il est censé avoir les deux. On vous l'avait dit que c'était une pépite ! L'espoir fait vivre, mais pour l'instant, Nemanja ne fait rien pour améliorer le pronostic vital, toujours bien engagé.

On veut bien passer sur la saison dernière et écouter ses défenseurs, car il en a encore. Garcia l'avait pris en grippe et avait rapidement abandonné l'idée de lui laisser l'occasion de se montrer. Mais Garcia a pris la tangente depuis un moment, et André Villas-Boas n'a pas trouvé, lui non plus, le mode d'emploi de Radonjic. 5 matches, 120 minutes de jeu, et en dehors d'une action intéressante face à Montpellier (1-1), c'est toujours le néant. En attendant, la cote du Serbe n'en finit plus de couler, que ce soit aux yeux des supporters, mais aussi de Transfermarkt, qui l'évalue désormais à 5 M€. Comme on est supporters et optimistes, on ne parlera pas encore de flop, mais Nemanja Radonjic reste quand même une belle énigme...