Formation OM : Bertelli, le petit jeune qui monte

Proche de signer pro à l'OM, Ugo Bertelli est l'un des fleurons du centre de formation marseillais.

Publié le 11/06/2020 à 01:00

Alors que le centre de formation de l'OM est encore sous le coup de la déception d'avoir perdu son joyau Isaac Lihadji, qui a préféré le projet lillois à celui de son club formateur, la pépinière olympienne profite de ce printemps 2020 pour assurer ses arrières et préparer l'avenir. Un avenir sans Lihadji, donc, mais avec une flopée de nouveaux contrats pros dont les deux premiers sont ceux des défenseurs Aaron Kamardin et Richecarde Richard. D'autres devraient voir le jour très prochainement, comme Cheik Souaré, mais aussi celui qui pourrait devenir la tête de pont du projet marseillais après le départ d'Isaac : le milieu de terrain Ugo Bertelli (16 ans). En effet, comme Le Phocéen vous le révélait en fin de semaine dernière, Ugo Bertelli est sur le point de signer pro à l'OM, et ce en dépit de nombreuses et insistantes sollicitations à l'étranger (Allemagne, Italie et Angleterre), dont la dernière émane du Milan AC. C'est dire la cote déjà affirmée de ce pur produit marseillais, portant le maillot Ciel-et-Blanc depuis son enfance.

"L'équipe de France a un impact incroyable sur tous les grands clubs étrangers et c'est le cas pour Ugo"

Cette cote, Ugo Bertelli la doit aux qualités au-dessus de la moyenne qu'il a démontré à chaque match cette saison, que ce soit avec les U17, les U18 ou avec la réserve, mais aussi et surtout à ses performances avec l'équipe de France U17 dont il est un membre installé depuis l'année dernière. Un pass magique pour attirer les scouts de l'Europe entière, comme le confirme au Phocéen son conseiller Christophe Basile : "L'équipe de France a un impact incroyable sur tous les grands clubs étrangers et c'est le cas pour Ugo. Mais, notre priorité a toujours été de signer avec l'Olympique de Marseille". Un choix évident, même si cette folie des géants du Big 5 pour les jeunes internationaux français peut aussi avoir des avantages. "Contrairement à ce qui se fait en France, où les garanties de temps de jeu n'existent pas pour les jeunes pros, ce qui se fait à l'étranger peut être intéressant, explique Christophe Basile. Ces clubs ne les gardent pas forcément, mais ils les prêtent à des clubs filiales qui évoluent dans les divisions au-dessous ou dans des championnats moins côtés et prennent en charge les salaires. Évidemment, il y a beaucoup d'échecs, mais les jeunes engrangent du niveau et du temps de jeu, alors qu'en France, ils restent généralement en réserve. Ici, on a du mal à prêter et ce sont généralement les agents qui doivent trouver des solutions de prêts". C'est peut-être ce qui arriverait à Ugo s'il optait pour l'étranger, mais il est clair que son choix devrait se porter très rapidement sur le projet marseillais.

Un jeune du cru qui franchit les étapes à vitesse grand V grâce à ses qualités techniques, mais aussi à une vision du jeu assez rare pour un joueur de son âge

Une vraie bonne nouvelle car, encore une fois, Ugo Bertelli s'est révélé comme un des éléments majeurs de la formation olympienne. C'est d'ailleurs lui qui a emmagasiné le plus d'entraînements avec les pros, et ses performances et son comportement ont sauté comme une évidence aux yeux des joueurs et du staff. Un jeune du cru qui franchit les étapes à vitesse grand V grâce à ses qualités techniques, mais aussi à une vision du jeu assez rare pour un joueur de son âge (il aura 17 ans en juillet). Une capacité à s'adapter bluffante à tous les niveaux, chez les jeunes comme au milieu des Sanson, Rongier, Payet et autres Lopez lorsque Villas-Boas l'appelle sur le terrain des pros. Des performances qui en font aujourd'hui la priorité des décideurs olympiens, Nasser Larguet et Jacques-Henri Eyraud en tête. Milieu axial relayeur, Ugo dispose d'une palette assez large qui lui permet d'évoluer aussi en 6, en 10 et même sur les côtés, comme il l'a fait avec l'équipe de France. Très solide sur ses appuis, il sait aussi résister aux contacts et n'hésite pas à défendre. Tout cela, ajouté à ses capacités d'élimination, de passe et d'accélération, le rapproche du jeu d'un Morgan Sanson, si on doit le comparer aux milieux de l'effectif pro marseillais.

De quoi se réjouir, comme on se réjouit de manière générale de cette nouvelle politique olympienne de blinder rapidement les meilleurs talents du centre. Compte tenu de celui affiché toute la saison par Ugo Bertelli, on ne devrait pas être déçu.