Ex-OM, Olmeta : "à Bari, si j'arrête un penalty..."

Pascal Olmeta, champion d'Europe avec l'OM en 1993, était l'invité du Salon des légendes du Phocéen ce jeudi. Extraits.

Publié le 19/03/2021 à 10:21

Ses débuts en pro

"Je jouais à Bastia, j’ai eu mes sélections en équipe de France espoirs et je suis venu à Toulon faire le tournoi international. Nous étions à l’hôtel à Sanary et Rolland Courbis vient taper à ma porte. A l’époque, j’étais en contact avec le PSG et ils le savaient. 'Ce qu’ils te proposent à Paris, nous, on te le propose à Toulon !' Les mots de Rolland Courbis m’ont convaincu et j’ai signé à Toulon. Mes années à Toulon ont été parmi les plus belles de ma carrière. Je signe ensuite au Matra Racing, avec des joueurs d’exception comme David Ginola. Le Matra Racing était le club que j’ai connu qui était le plus proche des familles, notamment grâce à mon président Jean-Luc Lagardère."

Son parcours à l’OM

"J’arrive en 1990 et je vis mes plus belles années à l’OM. La concurrence avec Fabien Barthez était un très bel épisode, il faut accepter cette concurrence. Quand j’ai vu arriver Barthez à l’OM, j’ai su que c’était un monstre. Cette aventure avec Fabien a été extraordinaire, même si je ne jouais plus beaucoup. Après toutes ces années, j’entretiens toujours mon amitié avec Barthez. Quand j’ai su que j’allais signer à l’OM, j’étais heureux comme un gamin. J’ai connu une grosse déception à Bari (finale de Coupe des Clubs Champions 1991 face à l’Etoile Rouge). Aujourd’hui, lorsque je regarde une séance de penalty, je suis malade. Ce jour-là, si j’arrête un penalty j’aurais eu ma statue à Marseille. Les défaites rendent amères, mais nous, à cette époque-là, nous étions forts dans la tête. Raymond Goethals nous parlait beaucoup, c’était notre papi."

Son association : un sourire, un espoir pour la vie

"Pendant 21 ans de D1, j’ai été parrain de beaucoup d’associations. Mes parents m’ont toujours dit, 'même si tu n’as rien, essaie de donner aux autres'. Depuis 15 ans maintenant, j’ai créé mon association. Pour les enfants, le football, c’est du réconfort. J’essaie de leur donner des maillots, de leur faire rencontrer leurs idoles, comme Zidane. J’essaie d’accomplir le rêve de certains enfants."

Retrouvez l'intégralité du Salon des légendes et tous les sujets abordés par Pascal Olmeta en vidéo.